La guerre des vaccins s’intensifie: la Chine et la Russie passent à l’attaque

La Chine et la Russie se déchaînent sur les vaccins occidentaux – Isopix

Un an après que le coronavirus a été largement propagé au monde à partir de la Chine, les médias et les fonctionnaires locaux lancent un torrent de théories pour rejeter la responsabilité de la pandémie sur d’autres pays. Et pour miner la confiance envers les vaccins occidentaux. En réalité, Pékin suit une voie déjà été tracée par Moscou.

Les Européens devraient rejeter ‘les vaccins américains hâtifs liés à la mort des personnes âgées’, affirment les scientifiques chinois. Les médias occidentaux refusent d’enquêter sur les dangers du vaccin de Pfizer-BioNTech, affirment les présentateurs de la télévision d’État. Le coronavirus pourrait être un complot impliquant l’ancien secrétaire américain à la défense Donald H. Rumsfeld. Et l’origine réelle du virus ? Peut-être que Fort Detrick, de l’armée américaine, devrait faire l’objet d’une enquête, a déclaré une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Il va sans dire qu’un an après que le coronavirus a été largement propagé au monde après sa naissance en Chine, les médias et les fonctionnaires du pays déversent à nouveau un torrent de théories sur ses origines (pas en Chine) et sur les vaccins qui sont sûrs (pas aux États-Unis). Les rapports, les affirmations des responsables et les spéculations en ligne non vérifiées de ce mois-ci semblent faire partie d’une nouvelle tentative chinoise de rejeter la responsabilité de la pandémie sur d’autres pays et de saper la confiance du public dans les vaccins occidentaux.

Des chercheurs internationaux affirment que certaines théories chinoises, comme celle qui affirme que le virus entre maintenant en Chine par les aliments surgelés, sont théoriquement possibles, mais néanmoins très peu probables. Et la plupart des experts affirment que les effets secondaires des nouveaux vaccins – et l’histoire définitive de l’origine de la pandémie – nécessitent en effet une enquête plus approfondie.

Pourquoi maintenant ?

En tout cas, il ne semble pas que ce soit une coïncidence si la nouvelle offensive visant à brouiller les pistes se déroule au moment même où une équipe de l’Organisation Mondiale de la Santé est à Wuhan pour tenter d’enquêter sur les origines du virus. Et le scepticisme à l’égard des vaccins occidentaux – en particulier ceux du géant pharmaceutique américain Pfizer et de la biotech allemande BioNTech, ainsi que ceux de la biotech américaine Moderna – a également augmenté ces dernières semaines après que des données cliniques ont montré que les vaccins des sociétés pharmaceutiques chinoises pourraient être à la traîne par rapport à ceux de leurs rivaux occidentaux.

Après que des fonctionnaires et des chercheurs chinois ont passé des mois à dire au public que les vaccins chinois allaient gagner la course mondiale, il y a maintenant un fossé à combler entre les attentes et la réalité. La réponse de la machine de propagande de l’État chinois constitue donc cette tentative de discréditer les vaccins occidentaux.

Isopix

L’un des plus importants vaccins chinois, CoronaVac de Sinovac, basé à Pékin, ait fait la une de l’actualité mondiale la semaine dernière. Les résultats de chercheurs brésiliens ont montré que son efficacité n’était que d’environ 50%. Conséquence: des médias d’État ont commencé à s’interroger sur les raisons pour lesquelles les effets secondaires et les dangers du vaccin de Pfizer-BioNTech n’avaient pas été étudiés.

Le journal nationaliste Global Times a publié des articles sur le décès de 23 Norvégiens âgés qui avaient pris le vaccin Pfizer-BioNTech, et a cité des experts chinois qui ont exhorté les pays, de la Norvège à l’Australie, à cesser d’utiliser le vaccin.

Hu Xijin, le rédacteur en chef du Global Times, a écrit cette semaine que ‘les médias occidentaux voulaient détruire la réputation des vaccins chinois et que la Chine devait riposter’. Quelques jours plus tard, les médias d’État ont publié des photos de dirigeants étrangers, dont l’Indonésienne Joko Widodo et le Cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum de Dubaï, recevant des vaccins chinois.

Suivre l’exemple de la Russie: ‘Les vaccins occidentaux rendent les hommes stériles’

À bien des égards, la rhétorique chinoise reflète celle des médias d’État russes, qui tentent de populariser leur propre vaccin. Ces derniers ne manquent pas non plus l’occasion d’affirmer que les pays occidentaux n’ont pas eu le choix et que les vaccins occidentaux leur ont été ‘enfoncés dans la gorge’.

Le vaccin russe Spoutnik V, comme les vaccins chinois, est traditionnellement développé avec des virus morts inactivés, contrairement aux vaccins à ARN messager de Pfizer-BioNTech et Moderna. Depuis des mois, de hauts fonctionnaires russes comme Kirill Dmitriev, qui dirige le Fonds d’investissement direct russe (RDIF), suggèrent que les vaccins à base d’ARNm peuvent nuire à la fertilité masculine et provoquer des anomalies fœtales chez les femmes enceintes.

George Gao, directeur du Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies, a récemment demandé publiquement si les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna provoquaient le cancer. Zhong Nanshan, qui est considéré comme un héros national pour son travail sur les épidémies de SRAS et de Covid-19, a rejeté les essais cliniques de Pfizer-BioNTech et de Moderna en novembre, les déclarant ‘complètement inadéquats’. ‘Les vaccins chinois, en revanche, ont été développés avec précision’, a ajouté Zhong.

Des études sur les effets secondaires des vaccins à ARNm sont en cours, mais les experts ne pensent pas qu’ils présentent un risque spécifique pour les femmes enceintes, par exemple. Les études cliniques suggèrent que les effets secondaires du vaccin Pfizer-BioNTech comprennent de la fièvre, des frissons, de la fatigue et des maux de tête chez environ 9% des personnes vaccinées. Environ 0,6% des personnes interrogées ont signalé des effets secondaires graves.

Guerre biologique

Les avertissements des experts chinois restent encore très modérés par rapport aux rapports et théories inquiétants relayés par les médias étatiques chinois, ainsi que des réseaux sociaux chinois très influents.

Isopix

Jin Canrong, conseiller en politique étrangère du gouvernement, a mis en ligne un éditorial de Xiong Lei, rédacteur en chef des médias d’État, dans lequel ce dernier soutient que ‘les États-Unis ont un passé de guerre biologique’. Le coronavirus, selon Xiong, pourrait être un complot impliquant l’ancien secrétaire américain à la défense Donald H. Rumsfeld.

Mardi, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a spéculé sur un programme militaire américain de guerre biologique. ‘Les États-Unis devraient ouvrir le laboratoire biologique de Fort Detrick, donner plus de transparence sur des questions telles que leurs plus de 200 biolabs à l’étranger et inviter des experts de l’OMS pour voir si l’origine du coronavirus n’est pas en Amérique’, a-t-elle déclaré lors d’un briefing.