Des analyses effectuées dans des hôpitaux israéliens suggèrent que le vaccin contre le Covid-19 est efficace dès la première dose

Crédit: Isopix

En Israël, 91% des médecins et infirmières vaccinés au Rambam Health Care Campus de Haïfa ont développé une quantité importante d’anticorps après avoir reçu une seule injection du vaccin. 

Les hôpitaux israéliens, dont le pays a été salué pour sa stratégie de vaccination, ont fait une découverte qui pourrait bien changer la donne pour les autres pays. 

Pas moins de 1.800 membres du personnel soignant travaillant au sein de l’hôpital ont reçu la première injection du vaccin Pfizer/ BioNTech il y a quelques semaines.  Seul un faible pourcentage des bénéficiaires ferait état d’une présence modérée d’anticorps, rapporte le Financial Times. 

Et l’hôpital n’est apparemment pas un cas isolé. Des tests sérologiques similaires effectués à différents intervalles au centre médical Sheba, de Tel-Aviv, sont aussi concluants. Les données ont révélé qu’au moins 50% des médecins et infirmières ayant reçu la première dose du vaccin avaient développé un niveau d’anticorps au-dessus du seuil requis. ‘Ces résultats ont été constatés seulement deux semaines après que les sujets aient reçu la première injection du vaccin’, a déclaré Arnon Afek, directeur général associé de la chaîne hospitalière.

‘Cela soulève une bonne question’

Les données divulguées par les deux hôpitaux se basent sur des réponses à échelle individuelle et ne fournissent bien évidemment pas d’évaluation définitive. Néanmoins, ces résultats sont encourageants, car ils laissent penser que l’efficacité du vaccin est prouvée dès la première injection. 

Pfizer, de son côté a déclaré ne pas vouloir se prononcer sur les études indépendantes. Pour rappel, BioNTech et Pfizer recommandent  deux injections à 21 jours d’intervalle pour que la protection contre le virus soit garantie.

Israël n’envisage pas pour autant de repenser sa stratégie. Le pays dispose d’un approvisionnement suffisant en vaccins et prévoit de vacciner toute sa population (adulte) d’ici la mi-mars. Néanmoins, ces chiffres pourraient inciter certaines régions du monde, comme l’Europe, qui accuse un certain retard dans ses livraisons, à repenser leur stratégie.

‘Si plus de 90% des sujets vaccinés ont développé une réponse importante trois semaines après avoir reçu la première injection du vaccin, cela soulève une bonne question, à savoir qu’il serait possible d’utiliser la première injection sur un plus grand nombre de personnes’, a déclaré le Dr Michael Halberthal, directeur général du Rambam Health Care Campus de Haïfa au Financial Times. 

Israël, qui revendique 9 millions d’habitants, a injecté ses premières doses du vaccin à plus d’un quart de sa population, ce qui en fait le pays avec le taux de vaccination le plus élevé au monde. La seconde dose a déjà été administrée à environ 850 000 personnes, dont 80% des sujets étaient des personnes âgées de plus de 60 ans. 

Lire aussi :