La guéguerre Biden-Poutine annonce-t-elle une nouvelle guerre froide ? Le Kremlin se positionne

Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, a clarifié la position de Moscou suite aux menaces de Joe Biden. (Sergei Bobylev/TASS/Sipa USA *** local caption *** 31756820)

Cette semaine, les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et la Russie ont pris une drôle de tournure. Joe Biden a menacé Vladimir Poutine, ce dernier lui a réservé une réponse pour le moins surprenante. Les prémisses d’une nouvelle guerre froide ? Le Kremlin ne l’espère pas, mais il ne l’exclut pas non plus.

Dans une interview diffusée mercredi sur ABC News, Joe Biden a qualifié Vladimir Poutine de ‘tueur’. Une attaque faisant référence à l’affaire entourant Alexeï Navalny, l’opposant au pouvoir présumément empoisonné par les autorités russes avant de finalement être envoyé dans une colonie pénitentiaire.

Dans cette même interview, le président américain a menacé son homologue russe, suite aux révélations de ses services de renseignement au sujet de l’ingérence de Moscou dans l’élection présidentielle. L’équipe de Poutine a été accusée d’avoir tenté de maintenir Donald Trump à la tête de la Maison Blanche. ‘Il va en payer le prix’, a prévenu Biden.

La réponse de Poutine ne s’est pas fait attendre: ‘C’est celui qui le dit qui l’est’. ‘Ce n’est pas juste une expression enfantine, une blague. Le sens est profond, et psychologique. Nous voyons toujours en l’autre nos propres caractéristiques’, a-t-il ajouté, avant de souhaiter ‘sans ironie’, une ‘bonne santé’ à Biden. Le président russe s’est ensuite lancé dans une observation des différences entre Russes et Américains.

‘Aucun intérêt de s’insulter’

Poutine a également fait une proposition inédite à Biden: un appel diffusé en direct pour le grand public. Le président russe s’est dit prêt à discuter avec le président américain dès ce vendredi, ou lundi prochain. Ce dernier n’a pas encore donné suite à cette proposition.

Ce vendredi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a confirmé que la proposition de son président était toujours valable et que Biden pouvait proposer une date qui lui convenait. Toutefois, l’offre russe ne restera pas indéfiniment sur la table.

‘Poutine a dit que, malgré tout, il n’y a aucun intérêt à jouer à la diplomatie du mégaphone et s’insulter. Il y a un intérêt à poursuivre les relations’, a tenu à souligner Peskov aux journalistes lors d’une conférence téléphonique, rapporte Reuters.

Peskov a également été interrogé sur la possibilité de l’ouverture d’une nouvelle guerre froide. ‘Bien sûr, nous espérons toujours le meilleur, mais nous sommes toujours prêts à affronter le pire. En ce qui concerne la Russie, le président Poutine a clairement exprimé son désir de poursuivre les liens… Mais bien sûr, nous ne pouvons pas ne pas prendre en compte les commentaires de Biden’, a répondu le porte-parole du Kremlin.

Un discours qui ressemble furieusement aux propos tenus le mois dernier par Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, vis-à-vis de l’Union européenne. ‘La Russie ne veut pas s’isoler du reste du monde, mais elle doit être prête à le faire. Si vous voulez la paix, vous devez être prêt à faire la guerre’, avait-il déclaré lorsque des journalistes lui avaient demandé si la Russie pourrait couper les ponts avec l’UE.

Sur le même sujet :