La dépendance aux amphétamines, en augmentation avec la crise, peut désormais être traitée

Isopix

La combinaison de deux médicaments, déjà approuvés par les autorités américaines, pourrait aider les accros aux amphétamines à guérir. Une découverte qui revêt toute son importance en temps de crise. Aux États-Unis, le nombre de décès par overdose a augmenté de 35% pendant la pandémie.

Une étude clinique a testé la combinaison de deux produits, connus pour ses effets sur des personnes accros aux drogues, sur 225 dépendants aux amphétamines. Le premier produit, le naltrexone, est un inhibiteur d’opiacé. Il est utilisé pour traiter les dépendances à ce type de drogue, mais aussi pour l’alcoolisme. Le second, le bupropion, est un antidépresseur.

Pour vérifier si le médicament fonctionnait, le participant devait montrer, sur 6 semaines, au moins 3 tests urinaires négatifs aux amphétamines sur 4. À la première phase, 16,5% ont montré une réponse satisfaisante au traitement. Ceux qui avaient un placebo n’étaient qu’à 3,4%. À la seconde phase, 6 semaines plus tard, ils étaient toujours 11,4% à avoir réussi à abandonner les amphétamines dans le groupe traité. Ils n’étaient que 1,8% dans le groupe témoin.

Si un peu plus de 10% de réussite peut paraitre un résultat limité, il est toutefois bien plus élevé que dans le groupe témoin. Cela prouve que les deux médicaments peuvent vraiment aider certaines personnes. Les participants traités ont remarqué, selon le site Axios, une diminution de ‘l’envie de prendre de la méthamphétamine’. Cette drogue est très difficile à arrêter, car elle joue sur les circuits de récompense du cerveau. Plus quelqu’un en prend, plus son cerveau en réclame. Arrêter demande beaucoup de courage et de force d’esprit.

La crise

La crise sanitaire et économique que le monde vit maintenant depuis presque un an est très anxiogène et déprimante pour de nombreuses personnes. Des troubles psychologiques sont de plus en plus régulièrement observés chez les travailleurs, les étudiants, ceux qui recherchent du travail, etc. Les causes sont multiples : le manque de liens sociaux, l’absence d’objectif à long terme ou encore les risques de tomber malade ou de voir un proche être gravement atteint par la maladie.

De plus en plus de personnes se sont tournées vers la drogue pour les aider à supporter ce mauvais moment. Aux États-Unis, les médecins légistes ont remarqué une hausse de 35% des morts par overdose d’amphétamines.

Le commerce est d’ailleurs en pleine croissance. En octobre dernier, la DEA, le service antidrogue, a trouvé une cargaison de 1.390 kilos de ‘crystal meth’. Quelques jours plus tard, ils ont encore trouvé un paquet de 980 kilos. Ce sont les plus grosses saisies de tous les temps.

Ce traitement, même s’il n’est efficace que sur 15% des accros, est un véritable espoir pour toutes les personnes qui luttent contre ce fléau.