La demande mondiale de denrées alimentaires pourrait augmenter de 80% d’ici 2100

ISOPIX

La hausse de la taille des personnes ainsi que la croissance des populations pourraient faire en sorte que le monde se retrouve face à une augmentation significative de la demande de denrées alimentaires, ont averti des scientifiques. Les fournisseurs pourraient par conséquent être incapables de suivre cette demande.

La hausse de l’indice de masse corporelle (IMC), qui évalue le poids par rapport à la taille, et l’augmentation de la taille dans la plupart des pays, provoquent une recrudescence marquée des besoins en calories, indique une étude de l’Université de Göttingen, en Allemagne.

Taille et IMC

Selon cette étude, la consommation mondiale d’aliments pourrait augmenter de 80% d’ici la fin du siècle. 60% de cette hausse se devrait à l’augmentation de la croissance démographique. D’une autre côté, 20% de la demande serait due au besoin accru de nourriture des humains.

Le professeur Stephan Klasen et le doctorant Lutz Depenbusch ont étudié comment les changements rapides enregistrés aux Pays-Bas et au Mexique pourraient fournir une référence pour l’évolution des modèles à travers le monde. En effet, on constate au Mexique une hausse des IMC et aux Pays-Bas, une augmentation de la taille moyenne des personnes. Les hommes néerlandais ont maintenant une taille moyenne de 183 cm, soit une augmentation de 13,1 cm entre 1914 et 2014.

‘Les développements dans ces pays sont très prononcés’, a expliqué Depenbusch. ‘Toutefois, ils constituent un scénario réaliste’

Hausse de la consommation d’aliments bon marché

Si la production alimentaire mondiale ne répond pas à ce besoin accru, les chercheurs craignent que ce problème ne s’accompagne pas d’une diminution correspondante de l’IMC. Alors que les personnes plus riches pourront maintenir leurs habitudes alimentaires, les pauvres seront fortement affectés par la hausse des prix due à une demande accrue.

‘Cela entraînerait une augmentation de la consommation d’aliments bon marché, souvent riches en calories mais pauvres en nutriments’, a déclaré Lutz Depenbusch. ‘En conséquence, le poids corporel des pauvres continuera d’augmenter, tout comme la malnutrition et les mauvais résultats pour la santé.’