La course à la présidence de Kanye West s’arrête aujourd’hui

10 jours seulement après avoir annoncé sa candidature, Kanye West doit renoncer à briguer le poste de président des États-Unis. Une annonce non officielle a été faite par un membre de son équipe, Steve Kramer.

La candidature du rappeur et producteur Kanye West avait surpris tout le monde le 5 juillet dernier. Si certains pensaient qu’il s’agissait d’une farce, le mari de la célèbre Kim Kardashian était bel et bien très sérieux. Il n’a pas hésité à recruter 180 personnes pour monter sa campagne.

West avait toutefois bien besoin de monde derrière lui puisqu’il devait réunir des milliers de signatures avant ce mercredi 15 juillet, soit en moins de 10 jours. Sans cela, il ne pouvait pas s’enregistrer dans les États où les inscriptions sont encore ouvertes.

En outre, il n’était déjà plus possible de rentrer sa candidature dans plusieurs États quand il a annoncé sa candidature. Ses chances de réussite étaient déjà fortement réduites.

2% d’intentions de vote

Selon les derniers sondages, Kanye West n’avait pas réussi à convaincre beaucoup de monde. Il n’avait récolté que 2% des intentions de vote. C’était toutefois plus que son opposant du parti vert, Howie Hawkins. Et il était à égalité avec la libertarienne Jo Jorgensen.

Cela reste remarquable pour quelqu’un qui venait juste d’entrer dans la course, mais c’est bien insuffisant pour continuer les frais.

West 2024?

Les ambitions de Kanye West ne sont pas récentes. En 2005, il avait affirmé lors des Video Music Award qu’il serait dans le bureau ovale avant 2020. Ces dernières années, il s’est lié d’amitié avec le président Donald Trump, ce qui lui a permis de se rapprocher de la maison blanche. La relation entre les deux hommes s’est quelque peu refroidie ces derniers mois, mais pas les aspirations du rappeur.

Pour certains, ce début de campagne était une manière pour Kanye West de tâter le terrain et de faire ses premiers pas, pour pouvoir mieux s’organiser pour les élections de 2024. Donald Trump l’a d’ailleurs encouragé à faire des prochaines présidentielles son nouvel objectif.