‘La Chine veut installer un port militaire sur la côte atlantique de l’Afrique’

Credit: Li Gang/Xinhua via AP, Isopix

La Chine veut établir un grand port naval sur la côte ouest de l’Afrique, prévient le général américain Stephen Townsend, chef du United States Africa Command. Ce port militaire pourrait stocker des sous-marins et des porte-avions.

Les États-Unis considèrent l’influence économique et la puissance militaire croissantes de la Chine comme le principal défi à long terme en matière de sécurité, a déclaré Townsend à AP.

‘La Chine cherche un endroit pour réarmer et réparer ses navires de guerre’, poursuit le général. ‘Ils sont déjà bien partis pour y parvenir à Djibouti (sur la côte est de l’Afrique, ndlr). Maintenant, ils regardent la côte atlantique.’

Townsend explique que la Chine a donc approché des pays s’étendant de la Mauritanie à de la Namibie, avec l’intention d’établir une base navale. Une telle réalisation permettrait à la Chine de stationner ses navires de guerre de sa marine en pleine extension dans les océans Atlantique et Pacifique.

Les activités de Pékin en Afrique surpassent celles des États-Unis alors qu’ils recherchent des ressources et des marchés pour alimenter la croissance économique au pays. Ils utilisent des instruments économiques pour accroître leur portée et leur influence mondiales, a déclaré le général il y a environ deux semaines devant le Sénat américain.

Néo-impérialisme

‘Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il y ait des navires de la marine chinoise régulièrement dans l’Atlantique’, estime pour sa part Bradley Bowman, chef du Center on Military and Political Power auprès de la Foundation for Defense of Democracies, dans le Washington Times.

‘Les Américains doivent savoir que cela arrive et la question est de savoir ce que nous faisons d’ici là pour nous préparer’, a déclaré Bowman. Il a ajouté que l’avertissement du général Townsend devrait inciter les décideurs américains à repenser les priorités en matière de dépenses de défense sous Biden.

Bowman a également affirmé que ce que faisait Pékin en Afrique et dans d’autres coins du monde ‘commençait à ressembler beaucoup à l’extraction de ressources néocoloniale et néo-impérialiste’.

Cependant, d’autres critiques américaines estiment que l’Amérique est engagée dans des activités similaires à travers son aide directe étrangère, les prêts de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

Pour aller plus loin: