« Il y va de la crédibilité du gouvernement » : Un accord sur le prix de l’énergie attendu cette semaine

Depuis plusieurs mois maintenant, les prix de l’énergie grimpent en flèche, mettant certains ménages européens à genoux. En Belgique, les politiques tentent de trouver une solution pour soulager la pression. Après plusieurs semaines de débats, un accord devrait voir le jour cette semaine, selon la ministre des Pensions et de l’Intégration sociale, Karine Lalieux (PS).

« Je suis certaine que le signal sera donné cette semaine, il y va de la crédibilité du gouvernement », indiquait ce matin Karine Lalieux, au micro de La Première (RTBF). La ministre des Pensions et de l’Intégration sociale espère en effet que les ministres donneront leur feu vert à un paquet de mesures pour alléger la facture d’énergie des ménages belges. Un feu vert qui pourrait être donné dès ce soir.

Une boite à outils

Sur la table du kern, une boite à outils comprenant toute une série de mesures censées soutenir les ménages face aux factures de gaz et d’électricité qui ne cessent de gonfler. Il est notamment question d’étendre à nouveau le tarif social, dont la prolongation jusqu’à fin juin semble faire l’unanimité, selon l’agence Belga, mais aussi d’un « chèque qui sera déduit de la facture de l’ensemble des ménages, en tout cas de la classe moyenne ».

Enfin, une baisse de la TVA associée à un travail sur les accises est également sur la table. La ministre des Pensions et de l’Intégration sociale a en effet souligné que l’énergie était « un bien de première nécessité » et que ce n’était « pas normale qu’il y ait une TVA de 21% » appliquée dessus.

Sujet sensible

Si Karine Lalieux se veut optimiste concernant la possibilité d’un accord cette semaine, le récent échec du Premier ministre fait craindre le pire. Dans la nuit de mercredi à jeudi, Alexander De Croo a en effet échoué à trouver un accord. La crédibilité du gouvernement semble en réalité déjà engagée, d’autant plus que la crise énergétique ne date pas d’hier.

La possible diminution de la TVA appliquée sur les énergies est le point sensible. Elle présente de nombreux désavantages pour certains, notamment le retardement de l’indexation des salaires. Pour l’organisation faîtière de l’énergie Febeg, cette possibilité est tout simplement irréalisable sur le court terme. Les négociations devraient donc se prolonger cette semaine. Reste à voir si un accord sera finalement bien trouvé.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20