Google se bat contre les 8 milliards d’euros d’amendes imposés par l’Europe

Google
EPA-EFE/CLEMENS BILAN

Le premier appel de Google contre la Commission européenne débute ce mercredi à Luxembourg. Une amende de 2,42 milliards d’euros est en jeu. Deux autres recours suivront pour un total de 8 milliards d’euros.

Remontons dans le temps. En 2017, la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, condamne Google à une lourde amende pour abus de position dominante sur le marché. Google, via son moteur de recherche, fausserait la concurrence en privilégiant les résultats de son propre service Google Shopping. Une tactique injuste que Google utilise toujours, selon 41 sites de comparaison de prix.

Google s’en défend dans une interview sur la BBC. ‘Nous faisons appel de la décision de la Commission européenne, car elle est incorrecte sur les plans juridiques, factuels et économiques. Les annonces Shopping ont toujours aidé les gens à trouver facilement le produit qu’il cherchait et les commerçants à atteindre les potentiels clients.’

En plus de cet appel, Google a prévu de se battre contre d’autres amendes européennes. Le litige total s’élève à 8,25 milliards d’euros.

  • En 2018: une amende de 4,34 milliards pour abus de pouvoir sur le marché mobile. Google regroupe automatiquement son système d’exploitation Android avec son navigateur internet et moteur de recherche. De ce fait, les constructeurs n’ont pas d’autres choix que de les installer à l’usine.
  • En 2019: une amende de 1,49 milliard pour mauvaises pratiques publicitaires. Google bloque les publicités des moteurs de recherches concurrents et souhaite prioriser ses propres publicités.

Google contre Vestager

Le résultat de cet appel aura de grosses conséquences pour la législation européenne. Si la Cour européenne considère la mesure comme justifiée, ça confirmera les projets de la commissaire. Margrethe Vestager a dans son viseur d’autres multinationales américaines telles que Starbucks, Apple et Amazon. En revanche, si Google gagne, Vestager devra revoir à la baisse sa politique sur la concurrence.

Cependant, il va falloir prendre son mal en patience pour connaitre qui de Google ou de l’Europe aura le dernier mot. Le verdict n’arrivera pas avant 2021. Les juges de la Cour européenne veulent prendre le temps de tout examiner en détail.

Lire aussi: