Ethereum organise une répétition générale réussie pour « The Merge »: l’ether poursuit sa résurrection

Ethereum, qui a créé la deuxième plus grande cryptomonnaie en valeur marchande, vient d’organiser une répétition générale d’une mise à jour attendue depuis des années. The Merge est considérée comme l’un des événements les plus importants de l’histoire du réseau, et est même annoncée par certains comme une étape clé pour le secteur de la crypto. On sent que le moment est important pour tous ceux qui ont toujours cru en Ethereum : l’ether se négocie à 1.850 dollars, en hausse de plus de 15% depuis la semaine dernière.

Dans un moment historique pour la communauté Ethereum, Goerli – l’un des réseaux de test Ethereum les plus importants et les plus actifs – a subi la transition appelée The Merge avec succès mercredi soir, rapporte Decrypt.

Goerli, sur lequel les développeurs de Web3 peuvent tester des applications blockchain avant de les lancer sur le réseau principal d’Ethereum, diffère des autres réseaux de test dans la mesure où, avant le changement d’aujourd’hui, il fonctionnait avec l’algorithme de consensus de preuve d’autorité (PoA). La plupart des réseaux (de test) fonctionnent sur le principe de la preuve de travail (PoW) ; nous y reviendrons plus tard.

De PoW à PoS

La mise à niveau prévue pour la fin septembre, précédemment connue sous le nom d’Ethereum 2.0, apportera des changements majeurs au réseau principal d’Ethereum et transformera la façon dont l’Ether, la deuxième plus grande cryptomonnaie, sera minée. Le changement le plus important concernant ce dernier point est le passage d’un modèle de consensus de type « proof-of-work » (PoW) à un modèle de type « proof-of-stake » (PoS).

Cela devrait permettre de réduire la consommation d’énergie d’Ethereum de 99,5 % au moins, écrit le site néerlandais d’informations sur les cryptomonnaies Crypto Insiders. À la lumière du débat sur le changement climatique, les sources d’énergie renouvelables et les mesures ESG (investissements « responsables »), il s’agit d’une réalisation majeure.

En outre, le passage à la PoS pourrait également rendre le réseau plus évolutif à long terme et améliorer la sécurité d’Ethereum.

Consommation d’énergie

Le mécanisme PoW, que la cryptomonnaie la plus populaire, le Bitcoin, et actuellement l’Ethereum, utilisent, consomme beaucoup d’énergie. C’est un fait maintenant bien connu.

L’année dernière, Tesla a donc mis fin à la possibilité de payer ses voitures électriques en Bitcoins. « Nous sommes préoccupés par l’augmentation rapide de l’utilisation des combustibles fossiles pour l’extraction et le paiement en Bitcoins, en particulier le charbon, qui a les pires émissions de tous les combustibles », avait alors déclaré Elon Musk, PDG de Tesla.

Comme le suggère le nom « proof-of-work », les transactions dans ce système ne peuvent être validées que par le mineur qui peut démontrer avoir fourni le plus de « travail ». Concrètement, cela signifie que différents mineurs sont en concurrence les uns avec les autres pour générer la plus grande puissance de calcul informatique possible. Le premier à résoudre les hashcodes (une sorte d’énigme mathématique) de plus en plus difficiles des transactions en cryptomonnaies, recevra une récompense minière, par exemple de 6,25 Bitcoins, soit 232.000 euros, dans le cas du BTC.

SOL, AVAX, ADA, DOT

Dans un système PoS, que des cryptomonnaies comme Solana, Avalanche, Cardano et Polkadot utilisent déjà, les investisseurs peuvent devenir mineurs en « misant » une certaine quantité de pièces. Cela leur permet de valider les transactions et de percevoir une redevance minière.

Sceptiques

Tout le monde ne partage par l’enthousiasme actuel autour de cette grande mise à jour. La transition écologique de la deuxième plus importante blockchain au monde risque d’amalgamer Ethereum aux centaines d’autres plateformes de smart contracts, alerte Keeex, une entreprise crypto experte en confiance numérique.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20