Epargne, patrimoine, endettement: les Belges en chiffres

(Pixabay)

Les épargnants belges ont mis de côté 19,1 milliards d’euros d’argent frais au cours du deuxième trimestre de cette année. La majeure partie de cet argent a été placée sur des livrets verts et des comptes courants, selon les chiffres de la Banque nationale de Belgique (BNB).

Le lockdown a encouragé de nombreux ménages belges à mettre plus d’argent de côté. Au cours du deuxième trimestre de l’année, ce ne sont pas moins de 19,1 milliards d’euros qui sont venus garnir les comptes bancaires, comme le montrent les chiffres de la BNB. La majeure partie de cet argent a fini sur les livrets d’épargne (réglementés): 7,9 milliards d’euros. Les comptes courants ont, eux, gonflé de 7 milliards d’euros.

Une partie de cette épargne supplémentaire a également été utilisée pour investir dans des fonds (2 milliards d’euros) et des actions cotées en bourse (1,9 milliard d’euros).

Par ailleurs, des prêts hypothécaires pour un montant total de 1,3 milliard d’euros ont été contractés au cours du deuxième trimestre. Vu la faiblesse des taux d’intérêt, il reste avantageux de contracter un crédit.

Les actions donnent un coup de fouet aux actifs financiers

Les chiffres de la BNB montrent en outre que le patrimoine financier net des Belges a augmenté de 54,1 milliards d’euros pour atteindre 1.094,4 milliards d’euros.

Les portefeuilles d’investissement ont connu une hausse substantielle. Une augmentation de 37,1 milliards d’euros y a été enregistrée. Celle-ci est principalement visible dans les fonds de placement (+17,8 milliards d’euros), les produits d’assurance (+11,8 milliards d’euros) et les actions cotées (+5,3 milliards d’euros).

La plus-value enregistrée dans les portefeuilles d’investissement compense partiellement les pertes du premier trimestre, lorsqu’une réduction de valeur de 65,5 milliards d’euros avait été observée.