Du risque de récession à la forte hausse des taux d’intérêt : les turbulences sur les marchés boursiers ne sont certainement pas terminées

Les marchés boursiers ont plongé après le début de la guerre en Ukraine. Entre-temps, les bourses ont rattrapé cette perte et ont même fait mieux. Déconnectés de la réalité les marchés ? Il y a encore quelques nuages sombres à l’horizon.

En raison de la guerre en Ukraine, les bourses ont déjà connu une grande volatilité cette année. Dans la période précédant le début du conflit en Europe de l’Est, les principaux indices boursiers avaient déjà perdu beaucoup de terrain. Une grande incertitude régnait quant aux projets du dictateur russe Vladimir Poutine. Entre-temps, il est devenu clair que l’intention de la Russie était d’envahir l’Ukraine.

En particulier au début du conflit, l’incertitude régnait en maître parmi les investisseurs. De nombreux indices ont atteint leur point le plus bas de l’année le 8 mars, notamment le BEL20. Ce jour-là, l’indice vedette belge était coté à 3 670 points. Aujourd’hui, il est à 4 160 points. Des scènes similaires peuvent être observées outre-Atlantique, où, par exemple, le Dow Jones est tombé à 32 630 points le 8 mars. Aujourd’hui, l’indice se situe à 34 580 points. L’augmentation du prix du pétrole en raison de la guerre était la plus grande préoccupation des investisseurs à l’époque. La veille, le prix avait brièvement flirté avec la barre des 140 dollars le baril.

Risque de stagflatio, voire de récession

En attendant, les investisseurs semblent avoir toute confiance dans le fait que la guerre se terminera bien(tôt). Presque toutes les bourses occidentales ont rattrapé les pertes subies au début du mois dernier. Mais cela ne signifie pas que tous les dangers sont écartés. Au contraire, il y a de fortes chances que des périodes de turbulence se profilent encore à l’horizon.

Pour commencer, il est difficile de prévoir combien de temps durera la guerre en Ukraine. Poutine a retiré ses troupes des villes autour de Kiev afin de les déplacer vers l’est du pays, où, selon l’armée ukrainienne, il prévoit « une opération agressive de grande envergure. »

La guerre en Europe de l’Est s’accompagne également d’un risque de stagflation, voire de récession, à l’Ouest. Un sondage réalisé par CNBC en début de semaine a montré que 81 % des adultes américains s’attendent à ce qu’une récession soit imminente aux États-Unis cette année. Dans notre pays aussi, nous ne regardons pas vraiment l’avenir en rose. Le mois dernier, il est apparu que la confiance des consommateurs, baromètre de la façon dont les ménages belges envisagent l’avenir économique, a subi le plus gros revers depuis le début de la crise corona.

Plusieurs économistes, dont Mohammed El-Erian, le principal conseiller économique d’Allianz, n’excluent pas non plus une période de stagflation, puis de récession. Carl Icahn, vétéran de Wall Street, s’attend également à une période de ralentissement économique.

Resserrement de la politique monétaire

Le risque de récession est en partie dû à la guerre en Ukraine. Mais les experts mettent également en garde contre les conséquences potentielles d’un resserrement trop rapide des politiques monétaires des banques centrales. Les régulateurs agissent ainsi pour lutter contre l’inflation galopante. Nous avons écrit dans le passé que les banques centrales sont confrontées à un défi majeur: calmer l’inflation sans affecter la marche en avant de l’économie. Entre-temps, il semble que les banques occidentales aient fait les premiers pas vers un resserrement de la politique monétaire. Certaines banques vont plus loin que d’autres.

La Banque centrale européenne (BCE) envisage de mettre fin à sa politique d’achat au troisième trimestre, ouvrant ainsi la porte à une hausse des taux d’ici la fin de l’année. Le procès-verbal de la dernière réunion sur les taux d’intérêt montre toutefois que certains responsables de la BCE estiment que les conditions d’une hausse des taux d’intérêt sont plus ou moins déjà réunies.

La Réserve fédérale a déjà annoncé une première hausse des taux d’intérêt en mars. Mais le compte-rendu de la réunion sur les taux d’intérêt montre ensuite qu’un resserrement encore plus agressif de la politique est de mise. Le procès-verbal indique que la majorité des dirigeants de la Fed sont « généralement d’accord » avec une réduction du bilan. On parle d’une réduction de 95 milliards de dollars par mois. Il est également possible que le régulateur relève les taux d’intérêt de 50 points de base au cours des prochains mois, au lieu des 25 points de base habituels.

« Une récession se prépare »

« Une récession se prépare aux États-Unis alors que la Réserve fédérale adopte une position plus agressive dans le relèvement des taux d’intérêt pour freiner l’inflation », ont averti les économistes de la Deutsche Bank après la publication des minutes.

Tant une récession qu’un resserrement agressif de la politique monétaire constituent un risque pour les investisseurs. De tels événements économiques peuvent peser sur le cours des actions. Pourtant, certains experts semblent convaincus que le pire est déjà derrière nous. Tom Lee, un analyste de marché influent chez Fundstrat, est l’un d’entre eux. Selon lui, il y a 90 % de chances que l’indice S&P500 ait atteint son niveau le plus bas d’ici 2022.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20