Devinez qui est contre la taxe sur le kérosène? O’Leary

Michael O’Leary, CEO de Ryanair

Lufthansa, International Air Group (IAG), Easyjet et Ryanair s’opposent fermement à la taxe sur le kérosène que l’UE entend introduire. Pour le secteur de l’aviation, la mesure est inutile et injuste.

Les représentants des entreprises mettent en avant les investissements effectués dans les carburants alternatifs. Pour eux, les avions électriques constituent une meilleure stratégie pour réduire les émissions du secteur de l’aviation. Les quatre compagnies ont exprimé leur opposition lors d’une réunion avec la commissaire européenne aux Transports, la Roumaine Adina-Ioana Valean.

Au coeur du Green Deal

Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission européenne, a érigé la lutte contre le changement climatique en priorité absolue. Une politique définie dans le Green Deal que la Commission vient de proposer.

Le secteur de l’aviation joue un rôle important dans l’effort à fournir.

‘Des taxes plus élevées causeraient de graves dommages économiques’, a protesté Michael O’Leary, président du lobby Airlines For Europe (A4E) et CEO de la compagnie low cost Ryanair. ‘La taxe est avant tout une mesure financière, qui garantiraient des recettes supplémentaires aux gouvernements européens. Les sanctions fiscales ne sont pas seulement préjudiciables pour les compagnies aériennes. Le secteur du tourisme, qui est d’une grande valeur pour de nombreux pays européens, en souffrirait également’, a-t-il ajouté.

La pression s’intensifie

La Commission européenne veut une économie neutre en carbone à l’horizon 2050. Les taxes sur les activités les plus polluantes sont destinées à stimuler la recherche en solution durable.

La pression s’intensifie sur le secteur aérien pour qu’il développe des alternatives moins polluantes. Le secteur automobile et d’autres industries ont déjà pris des mesures importantes dans ce sens.

A4E plaide pour des incitants à l’investissement dans les carburants durables. Le lobby avance de meilleurs résultats que via un système de sanctions fiscales, comme celui mis en place par la Commission.

Un ‘ciel unique’ moins polluant

Le lobby présidé par Michael O’Leary demande une accélération du projet ‘ciel unique’. Celui-ci devrait rendre l’aviation européenne plus efficace et plus facile à organiser, ce qui pourrait déjà réduire les émissions de 10%.

Les membres de l’A4E dépensent à eux seuls 170 milliards d’euros pour des avions qui consomment 18% de carburant en moins et peuvent transporter 4% de passagers en plus.