Des panneaux solaires mais pas de compteur numérique ? Les clients de Mega doivent payer des centaines d’euros supplémentaires par an

Les clients du fournisseur d’énergie Mega équipés de panneaux solaires et ne disposant pas d’un compteur numérique devront payer un forfait de plusieurs centaines d’euros à partir de septembre. Ces coûts supplémentaires ne sont facturés que pour les nouveaux contrats.

Maintenant que les prix de l’énergie montent en flèche, de nombreuses personnes envisagent d’installer des panneaux solaires. Mais il apparaît maintenant que les clients de Mega et de certains petits fournisseurs doivent supporter des coûts supplémentaires s’ils ne disposent pas d’un compteur numérique selon De Tijd, qui se base sur une lettre de Mega à ses clients.

Coûts des déséquilibres

La lettre indique que le fournisseur d’énergie est contraint de facturer des coûts dits de déséquilibre. En d’autres termes, les fournisseurs d’énergie doivent acheter exactement assez d’énergie toutes les 15 minutes de la journée pour couvrir la consommation de leurs clients. S’ils ne le font pas, ils doivent payer des coûts de déséquilibre au gestionnaire de réseau Elia.

Et c’est précisément là que le bât blesse : il est difficile de prévoir à l’avance quand les clients équipés de panneaux solaires consommeront et produiront de l’électricité, surtout s’ils ne disposent pas d’un compteur numérique qui enregistre séparément les injections et les retraits du réseau.

« Le profil producteur-consommateur entraîne donc des coûts supplémentaires pour assurer l’équilibre du réseau électrique et le bon déroulement du transport de l’énergie », indique le rapport. Selon le fournisseur, ces coûts sont environ vingt fois plus élevés pour les personnes équipées de panneaux solaires que pour les clients qui n’en ont pas.

Des centaines d’euros de plus par an

La société présente un exemple indicatif dans la lettre, où chaque kilovoltampère (kVa) est facturé 10 euros supplémentaires par mois. Pour une installation avec un onduleur de 4,5 kVa, la compensation supplémentaire s’élèvera alors à 540 euros par an. Selon l’organisation de consommateurs Test-Achat, le tarif est plus élevé, à savoir 15 euros par kVa et par mois, ce qui entraînerait un surcoût annuel de 720 euros pour les familles disposant d’un onduleur de capacité moyenne.

De Tijd note que d’autres fournisseurs travaillent également avec de tels frais. Le petit fournisseur Trevion, par exemple, facture un coût supplémentaire de 2,76 euros par kVa et par mois. Octa+ a également déjà informé les clients qu’il y aurait des frais supplémentaires pour les déséquilibres. Cela a provoqué quelques remous car la nouvelle réglementation s’appliquait également aux contrats existants, mais selon le régulateur de l’énergie VREG, Octa+ a depuis ajusté sa politique. L’Inspection économique poursuit toutefois son enquête.

Chez Mega, la compensation supplémentaire ne s’applique qu’aux nouveaux contrats. Les clients existants ne devront la payer qu’à partir du moment où leur contrat sera renouvelé. Si vous n’acceptez pas cette rémunération supplémentaire, vous pouvez souscrire un contrat d’énergie ailleurs. Le site du CREG peut vous aider pour déterminer avec quel fournisseur vous obtiendrez le tarif le moins cher.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20