Comment s’en est sorti Al-Qaïda au cours des 20 années qui ont suivi le 11 septembre ?

Les attentats du 11 septembre 2001 ont catapulté Al-Qaïda de l’obscurité relative à la compréhension mondiale. Qu’est-il arrivé au groupe terroriste dans les 20 années qui ont suivi ? Cela signifie-t-il encore quelque chose en 2021 ? Et pourquoi est-il toujours là ?

Deux décennies d’invasions et d’attaques au missile n’ont guère contribué à combattre les fondements idéologiques de groupes tels qu’Al-Qaïda – et les ont en fait alimentés. En effet, le grand défaut de la stratégie américaine a été de croire que la force militaire pouvait éradiquer les groupes extrémistes ou les idéologies radicales.

Lorsque le World Trade Center et une partie du Pentagone se sont effondrés, il est apparu clairement que les États-Unis avaient sous-estimé la menace que représentait un groupe extrémiste islamique particulier : Al-Qaïda, dirigé par un Saoudien paria en Afghanistan qui rêvait d’unir les musulmans et de détruire le « mythe de l’invincibilité américaine ».

Al-Qaïda s’est développé à partir des liens tissés sur le champ de bataille pendant l’insurrection afghane contre l’Union soviétique. L’organisation a ensuite changé d’orientation : elle s’est attaquée à l’Occident. Le groupe, fondé en 1988 par Oussama Ben Laden, a attiré des recrues mécontentes qui s’opposaient au soutien américain à Israël et aux dictatures du Moyen-Orient. Lorsque les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan en 1996, ils ont donné à Al-Qaïda un foyer qui lui a permis de construire des camps d’entraînement et de commettre des attentats, notamment le 11 septembre.

Les attentats du 11 septembre se sont avérés être une puissante source d’inspiration pour une génération d’extrémistes islamistes. Mais elle a également entraîné une réaction que certains chefs talibans et d’Al-Qaïda, qui se seraient opposés à une attaque contre les États-Unis, avaient redoutée. La plupart des musulmans du monde entier ont été dégoûtés par le meurtre de masse de civils au nom de leur religion. Et au lieu de retourner les Américains contre les interventions étrangères de leur gouvernement, comme l’espérait Ben Laden, les attentats les ont ralliés à ce qui est devenu la plus longue guerre des États-Unis.

Presque vaincu, puis vint l’Irak

Après l’invasion de l’Afghanistan par les États-Unis en 2001, les dirigeants d’Al-Qaïda ont fui au Pakistan ou en Iran. Beaucoup ont été tués ou capturés. Ben Laden a disparu de la scène pendant plusieurs années, et lorsqu’il a finalement émergé, désireux de répéter les attentats du 11 septembre, les dirigeants du groupe lui ont dit qu’une telle opération était impensable dans l’état réduit d’Al-Qaïda.

Les présidents américains qui se sont succédé ont rapidement déclaré que le groupe terroriste était vaincu, mais Al-Qaïda a fait preuve d’une remarquable résilience, même après deux décennies. L’invasion de l’Irak par le président George W. Bush en 2003 s’est avérée une aubaine pour le groupe, favorisant l’émergence d’une nouvelle et puissante filiale d’Al-Qaïda dans ce pays, dirigée par Abou Moussab al-Zarqaoui, un extrémiste jordanien qui n’hésite pas à recourir à la violence aveugle.

Des groupes islamistes en Somalie, au Yémen et en Afrique du Nord ont également noué des liens avec Al-Qaïda, ce qui a catalysé la transformation d’Al-Qaïda, d’un groupe soudé autrefois concentré en Afghanistan et au Pakistan, en un vaste réseau de franchises en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient. Un réseau à la fois idéologiquement et organisationnellement décentralisé.

Cela avait ses inconvénients. L’emprise des dirigeants d’Al-Qaïda sur l’organisation s’est affaiblie et des divisions sont apparues au sein du paysage extrémiste concernant, entre autres, le recours à la violence contre les civils musulmans.

La mort de Ben Laden et la montée de l’État islamique

L’élimination de Ben Laden par les US Navy SEALs au Pakistan en 2011 a porté un coup à Al-Qaïda, mais les soulèvements du printemps arabe cette année-là ont offert à l’organisation de nouvelles possibilités d’étendre sa présence. Son cachet durable a suscité des promesses d’allégeance de la part de groupes islamistes toujours en proie à des guerres civiles en Syrie, en Libye et ailleurs.

Lorsque l’État islamique (EI) a émergé de la filiale irakienne d’Al-Qaïda, il a cherché à se positionner comme une alternative plus impitoyable. La déclaration d’un califat par l’ISIS en Irak et en Syrie a marqué les islamistes radicaux du monde entier qui se sont rendus dans la région pour rejoindre le groupe qui avait réussi à construire un « État » et une machine de propagande différents de tout ce qu’Al-Qaïda avait réalisé.

Pourtant, Al-Qaida a réussi à survivre. Sa volonté de s’intégrer aux mouvements locaux a assuré sa survie. Mais le virage d’Al-Qaida vers les questions locales a produit un paradoxe : bien que la réputation qu’elle a acquise grâce au 11 septembre ait contribué à étendre considérablement son empreinte internationale, ces différentes branches sont désormais plus préoccupées par les batailles à mener chez elles que par la guerre contre les États-Unis. Nous avons un Al-Qaïda qui est plus faible, mais qui a une présence beaucoup plus importante.

Pendant ce temps, les capacités de lutte contre le terrorisme et les partenariats développés depuis le 11 septembre ont considérablement réduit la menace que représente le groupe terroriste pour l’Occident. Les États-Unis et les partenaires de la coalition ont expulsé l’EI de la dernière partie de son territoire en 2019. Depuis décembre de cette année-là, les extrémistes islamistes n’ont pas réussi à mener une attaque coordonnée aux États-Unis ou en Occident.

Ben Laden a changé le monde, mais pas de la manière dont il le souhaitait.

Pourtant, il est impossible de jeter un regard sur les deux dernières décennies sans être frappé par la mesure dans laquelle un petit groupe d’extrémistes dirigé par un hors-la-loi charismatique a réussi à influencer la politique mondiale. Ben Laden a changé le monde, mais pas de la façon qu’il voulait.

Actuellement, l’attention du monde est concentrée sur les talibans. Les nouveaux dirigeants afghans continuent d’entretenir des liens avec Al-Qaïda et ont remporté leur victoire le mois dernier, en partie avec l’aide d’Al-Qaïda. Les Nations unies estiment qu’Al-Qaïda est présent dans au moins 15 provinces afghanes et pourrait compter des centaines de membres.

L’attentat suicide à l’aéroport de Kaboul revendiqué par l’État islamique le mois dernier, qui a tué 13 militaires américains et au moins 170 civils, a mis en évidence la force de la branche afghane de l’État islamique. Et dans un changement majeur deux décennies après l’invasion menée par les États-Unis qui a chassé les talibans du pouvoir, les responsables américains disent maintenant qu’ils pourraient éventuellement coopérer avec les talibans pour combattre l’État islamique, que les talibans considèrent comme un ennemi.

En ce qui concerne les relations entre les talibans et Al-Qaïda, il y a toutefois des raisons d’être prudent. Les talibans ont certes promis qu’ils n’autoriseraient pas terroristes de mener des attaques contre les États-Unis et leurs alliés depuis l’Afghanistan, mais ils ont récemment démenti qu’Al-Qaïda soit à l’origine des attentats du 11 septembre et qu’il soit actuellement présent dans le pays.

La nouvelle stratégie américaine : suffisante

La victoire des talibans, quant à elle, a donné de l’énergie aux extrémistes islamiques du monde entier. Les analystes prévoient que certains se rendront en Afghanistan, tandis qu’une filiale d’Al-Qaïda cherchant à conquérir le Mali s’inspire déjà des talibans.

Deux décennies après le 11 septembre, les invasions et les frappes de missiles n’ont pas fait grand-chose pour contrer les fondements idéologiques de groupes tels qu’Al-Qaïda – et les ont en fait alimentés. En effet, le grand défaut de la stratégie américaine a été de croire que la force militaire pouvait éradiquer les groupes extrémistes ou les idéologies radicales.

Le fait que cela ne fonctionne pas, associé à l’évolution des priorités politiques américaines vers la Chine, le changement climatique et l’extrémisme intérieur, a conduit de nombreuses personnes à Washington à réaliser que la menace terroriste islamiste ne disparaîtra probablement pas, mais qu’il s’agit d’un phénomène qui doit être géré et contrôlé – comprenez : tenu à l’écart. Le terrorisme djihadiste ne disparaîtra pas, mais cela n’est pas nécessairement un désastre tant que son impact le plus important se fait sentir dans des régions du monde où les intérêts américains sont limités. Ainsi, au lieu d’une victoire décisive, les États-Unis semblent s’être contentés de quelque chose de moins ambitieux : un bon résultat.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés