Comment les nouveaux modèles de sortie des films pourraient changer le monde du piratage

Isopix

En 2020, de nombreux studios de cinéma comme Disney ou Warner Bros ont décidé de lancer leur nouvelle production sur leur plateforme de streaming pour faire face à la fermeture des salles. Mais cette disponibilité aussi rapide en ligne pourrait bien modifier les habitudes des pirates.

La pandémie de Covid-19 a obligé l’industrie du cinéma à revoir ses modèles pour le lancement de grands films. La majorité des cinémas du monde étant fermés, il était devenu presque impossible de faire des revenus en sortant les nouveaux films prévus pour 2020. Les grands studios ont donc décidé de profiter de leur plateforme de streaming pour lancer leurs nouveaux films, à commencer par Disney. Le film en action live Mulan est sorti directement sur Disney+ sans passer par la case salle de cinéma. Wonder Woman 1984 de Warner Bros est quant à lui sorti en même temps au cinéma et sur la plateforme HBOMax.

Il est alors possible d’avoir accès aux blockbusters depuis chez soi, parfois sans rien dépenser, si on est déjà abonné à la plateforme de streaming. Pour ceux qui ne le sont pas, ils peuvent payer pour voir leur film et accéder par la même occasion à tout un catalogue de films et de séries.

Pic de téléchargement avancé

Ce nouveau modèle va forcément modifier le comportement des pirates, analysent certains experts du milieu. La question est de savoir comment. Selon eux, il ne devrait pas y avoir une baisse de téléchargement illégal, mais un changement dans les pratiques.

Les premières sorties de films qui ont directement abouti sur les plateformes de streaming ont déjà permis aux analystes de voir un changement. Avant, lorsque les films sortaient d’abord au cinéma, les pirates n’avaient d’abord accès qu’à des versions de très mauvaise qualité. Il fallait attendre la sortie en VOD (ou auparavant en DVD) pour que le film soit disponible en téléchargement illégal avec une très bonne qualité d’image et de son. Cela laissait donc une certaine marge pour que le public se rende dans des salles de cinémas.

Mais lorsque Mulan est sorti sur Disney+, le film a presque immédiatement été piraté, et ce en très bonne qualité. Même chose pour le tout nouveau Pixar Soul, ou les deux saisons de The Mandolorian, la série à succès autour de l’univers Star Wars. Il y a alors eu directement un énorme pic des téléchargements illégaux, alors que ces contenus n’étaient même pas disponible dans certains pays. Les analystes ont expliqué à la CNBC que le pic de téléchargement a été avancé dans le temps, ‘mais le piratage n’était pas nécessairement plus grand ou plus petit’. Cela s’explique notamment parce que l’accès au film par abonnement est plus facile et largement répandu.

Comment l’éviter ?

Les analystes donnent quelques conseils aux studios de production pour éviter de perdre de l’argent à cause du téléchargement illégal :

  • Sortir d’abord les films dans les salles de cinéma, surtout si la plateforme de streaming n’est pas disponible dans certains pays. C’est le cas pas exemple de HBOMax, qui n’est accessible qu’aux États-Unis.
  • Être attentif aux demandes du public en fonction des pays. Ainsi, le film La Momie est très apprécié en Espagne, il est donc intéressant de le rendre disponible sur des sites de streaming payant. Même chose pour South Park en Finlande. Sinon les studios seront perdants sur les deux fronts: au cinéma et dans le streaming légal.

Il y aura toujours des gens qui téléchargeront des films illégalement. Mais l’industrie du film doit être attentive à ceux qui ont les moyens d’acheter du contenu, mais qui trouve le piratage plus accessible pour le moment. Il faut donc leur offrir un accès ouvert à ces production.