Comment le vice-président afghan et un fils du commandant Massoud organisent la résistance aux talibans

Si le président afghan a pris la fuite, d’autres officiels veulent, eux, continuer la lutte contre les talibans. La région du Panshir, réputée imprenable, sert de base à la résistance. Mais sans soutien extérieur, celle-ci risque de se retrouver assiégée par un ennemi largement supérieur en nombre.

On a beaucoup spéculé sur le manque de combattivité apparent des troupes gouvernementales afghanes face à l’offensive des talibans. Comment une armée nombreuses et -sur le papier du moins- très bien équipée en armes modernes a-t-elle pu se faire aussi aisément malmenée par un mouvement de guérilla, même aguerri ? Le rôle du président afghan en titre, Ashraf Ghani, est de plus en plus pointé du doigt. Celui-ci est accusé d’avoir pris la fuite alors que la capitale, Kaboul, était menacée, et que son armée, qui avait apparemment reçu l’ordre de s’y replier, se retrouvait encerclée.

Rien que sa chemise et ses sandales

Un temps introuvable, Ashraf Ghani a confirmé ce mercredi via son compte Facebook qu’il s’était réfugié en Arabie Saoudite, « forcé de quitter l’Afghanistan avec un ensemble de vêtements traditionnels, ma chemise, et les sandales que je portais aux pieds » selon ses propres mots. Il a ensuite déclaré qu’il comptait bien rentrer dans son pays pour participer aux négociations de paix. Ce que les États-Unis ont plutôt infirmé : « Il n’est plus une personne qui compte en Afghanistan », a répondu la numéro 2 du département d’État américain, Wendy Sherman. Il faut préciser qu’Ashraf Ghani est accusé par d’anciens membres de son gouvernement d’avoir emporté une très forte somme d’argent public, ce qu’il nie farouchement.

Mais tous les représentants officiels de l’Afghanistan n’ont pas quitté le pays : le vice-président et ex-chef de la Direction nationale de la sécurité Amrullah Saleh a, lui, décidé d’organiser la résistance au régime que tentent d’implanter les talibans. Celui-ci s’est réfugié dans la vallée du Panshir, dans le nord-est du pays. Un choix aussi symbolique que stratégique : la vallée des « Cinq Lions » en persan est un dernier repli traditionnel en cas d’invasion, dans lequel les Soviétiques n’ont jamais pu prendre pied. Ni d’ailleurs les talibans durant leur précédent règne sur le pays.

Le fils du Lion

Autre geste symbolique : Amrullah Saleh a rencontré Ahmad Massoud, le fils de l’emblématique commandant Ahmed Chah Massoud, figure de la résistance aux talibans au Panshir, et assassiné en 2001. Son héritier dirige déjà un « Front pour la résistance » composé de soldats de l’armée nationale afghane ayant refusé de se rendre.

Une situation qui rappelle fortement celle des années 90, quand le commandant Massoud, le « Lion du Panshir », représentait une Alliance du Nord résolue à refuser le joug des talibans et autres fondamentalistes. Son fils semble en tout cas désireux de raviver ce souvenir, selon une lettre publiée dans le Washington Post:

« Le drapeau du Front de résistance nationale flottera sur chaque position, comme il y a 20 ans. Pourtant, nous savons que nos forces militaires et notre logistique ne seront pas suffisantes. Elles s’épuiseront rapidement, à moins que nos amis occidentaux ne trouvent le moyen de nous approvisionner sans délai.
Les États-Unis et leurs alliés ont quitté le champ de bataille, mais l’Amérique peut encore être un ‘grand arsenal de la démocratie’, comme l’a dit Franklin D. Roosevelt en venant en aide aux Britanniques assiégés avant l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Sachez que des millions d’Afghans partagent vos valeurs. Nous nous sommes battus pendant si longtemps pour avoir une société ouverte, une société où les filles pouvaient devenir médecins, où notre presse pouvait rapporter librement, où nos jeunes pouvaient danser et écouter de la musique ou assister à des matchs de football dans les stades qui étaient autrefois utilisés par les talibans pour des exécutions publiques – et qui pourraient bientôt l’être à nouveau. »

Car il ne faut pas se leurrer : sans soutien extérieur en munitions et en vivres, la vallée du Panshir n’est rien d’autre qu’une forteresse assiégée, dont les défenseurs peuvent sans doute tenir longtemps, mais finiront par manquer de tout. Malgré des succès sur le terrain : selon une dépêche de l’agence russe Sputnik, les forces pro-gouvernementales auraient repris Tcharikar, une ville stratégique entre Kaboul et le Panshir.

Quelle aide espérer ?

La situation sur le terrain semble confuse et susceptible d’évoluer rapidement. Mais selon Le Monde, les derniers résistants seraient prêts à négocier avec les talibans. A condition que ceux-ci « donnent leur mot à dire au peuple afghan sur le type d’État qui présidera aux destinées du pays » aurait déclaré ce jeudi M. Saleh. Une condition qui risque bien de ne pas être remplie, au vu des images de répression qui filtrent depuis les villes du pays.

Le sort à moyen terme de ce mouvement de résistance dépend en tout cas grandement des soutiens qu’il peut espérer de l’étranger, mais difficile d’imaginer que les occidentaux soient prêts à s’impliquer à nouveau après une telle déculottée géopolitique. Et, comme les pays voisins de l’Afghanistan, ils craignent d’éventuels représailles, comme une reprise du terrorisme sur leur sol. Ce qui est certain, c’est que l’Afghanistan semble en bonne voie pour redevenir un pays fractionné entre des camps rivaux, politiques ou ethniques, entre lesquels la paix n’est que très rarement une option.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés