Comment le climat a modifié notre taille au fil des millénaires

La taille moyenne des humains a considérablement évolué au cours du dernier million d’années. Il existe désormais des preuves solides que le climat y est pour quelque chose. Les climats froids ont conduit à l’évolution de corps plus grands, tandis que les climats chauds ont conduit à des corps plus petits.

Une équipe interdisciplinaire de chercheurs, dirigée par les universités de Cambridge et de Tübingen, a utilisé des mètres ruban pour mesurer le corps et le cerveau de plus de 300 fossiles du genre Homo (« sapiens » désigne l’espèce) provenant du monde entier. Ces données ont ensuite été comparées à une reconstruction des climats régionaux au cours du dernier million d’années. Chaque fossile était ainsi lié au climat qu’il avait connu en personne.

L’étude, qui vient d’être publiée dans la revue professionnelle Nature Communications, montre que la taille corporelle moyenne des humains a considérablement fluctué au cours du dernier million d’années. Les corps plus grands, qui forment un tampon contre le froid, se sont développés dans les régions plus froides. Les corps plus petits, vous l’avez deviné, se sont formés dans des températures plus chaudes.

« Notre étude indique que le climat – en particulier la température – a été le principal moteur des changements de taille du corps au cours du dernier million d’années », explique le professeur Andrea Manica de l’université de Cambridge. « Nous pouvons constater chez les gens d’aujourd’hui que ceux qui vivent dans des climats plus chauds sont plus petits, et que ceux qui vivent dans des climats plus froids sont plus grands. Nous savons maintenant que les mêmes influences climatiques ont été à l’œuvre au cours du dernier million d’années. »

Qu’en est-il de nos cerveaux ?

Les chercheurs ont également examiné l’impact des facteurs environnementaux sur la taille du cerveau chez le genre Homo. Mais dans l’ensemble, ils n’ont trouvé qu’une faible corrélation entre les deux. Cependant, la taille du cerveau semble être plus grande dans les habitats où la végétation est moins dense, comme les steppes et les prairies ouvertes, mais aussi dans les zones écologiquement plus stables. Les auteurs suggèrent que les humains chassaient des animaux plus gros dans ces habitats. La croissance importante du cerveau pourrait être un sous-produit de cette tâche complexe.

« Nous avons constaté que des facteurs différents déterminent la taille du cerveau et la taille du corps – ils ne sont pas soumis à la même pression évolutive », explique Manuel Will, de l’université de Tübingen. « L’environnement a une influence bien plus grande sur la taille de notre corps que sur celle de notre cerveau ».

Continuerons-nous à évoluer ?

Selon les chercheurs, tout porte à croire que la taille du corps et du cerveau humains continue d’évoluer. Nos corps s’adaptent encore aux différentes températures, et il semble que les personnes ayant un corps plus large vivent en moyenne dans des climats plus froids aujourd’hui.

En revanche, la taille du cerveau de notre espèce semble avoir diminué depuis le début de l’Holocène (il y a environ 11 650 ans). « La dépendance croissante à l’égard de la technologie, comme l’externalisation de tâches complexes à des ordinateurs, pourrait encore réduire le cerveau au cours des prochains milliers d’années », prédisent les auteurs.

« Il est amusant de spéculer sur ce qu’il adviendra des dimensions du corps et du cerveau à l’avenir », ajoute Manica, « mais nous devons veiller à ne pas trop extrapoler en nous basant sur le dernier million d’années, car de très nombreux facteurs peuvent changer. »

Pour aller plus loin :

Plus
My following

ABE : les banques européennes en meilleure forme

03/12/2021 18:03

(ABM FN) Les plus grandes banques européennes ont vu leur solvabilité, leur rentabilité et leurs liquidités augmenter. C'est ce qu'a révélé vendredi le dernier exercice de transparence de l'autorité bancaire européenne EBA.

À la fin du deuxième trimestre, le ratio CET 1 des 120 banques participantes s'élevait à 15,8 pour cent. C'est 0,8 point de pourcentage de plus qu'à la mi-2020. A pleine charge, le ratio est passé de 14,7 à 15,5 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20