Coin Burn: quand les entreprises détruisent leurs propres cryptomonnaies

La plateforme Binance a récemment procédé au « brûlage » de près de 400 millions de dollars de Binance Coin, dans l’idée d’en réduire le nombre en circulation et – normalement – d’en faire grimper la valeur.

De nombreuses cryptomonnaies sont disponibles en quantité limitée, de manière totalement arbitraire ou selon un protocole savamment élaboré. C’est notamment le cas du bitcoin dont le plafond a été fixé à 21 millions de pièces en circulation. Cela permet de conférer une forme de rareté aux cryptomonnaies et donc, une certaine valeur. Un principe qui semble plutôt bien fonctionner, mais qui nécessite parfois d’être régulé. C’est là qu’entre en jeu le « coin burn », soit littéralement le « brûlage de pièce », en français.

Cette pratique consiste à détruire une partie des cryptomonnaies en circulation pour en contrôler la rareté. Un concept qui peut paraitre contreproductif, surtout quand on sait que pour certaines blockchains, le minage de monnaie virtuelle génère beaucoup de pollution. Mais c’est un procédé en réalité plutôt logique.

Le coin burn pourrait servir à réguler le marché lorsque la valeur d’une cryptomonnaie a chuté en raison de son volume excédant en circulation.

393,6 millions de dollars de BNB ont été « brûlés »

Le coin burn n’est pas pratiqué par des entreprises avides d’argent facile. Prenons le cas de la plateforme Binance qui procède régulièrement au brûlage de sa monnaie, le Binance Coin.

L’objectif premier ici n’est pas de faire grimper artificiellement son prix, mais d’en stabiliser la valeur et son cours sur le long terme. La quantité de pièces à brûler dépend du nombre de transactions effectuées sur la plateforme au cours d’un trimestre.

C’est ainsi que de grandes quantités de Binance Coin sont régulièrement détruites. La plateforme de cryptomonnaie a récemment fait disparaitre l’équivalent de 400 millions de dollars de Binance Coin, soit plus de 1,2 million de pièces.

Des pièces désormais inaccessibles

Pour faire disparaitre des pièces, il suffit d’envoyer une quantité déterminée d’unités de cryptomonnaies vers un portefeuille qui n’appartient à personne, dont l’adresse n’a pas de clé. De cette manière, personne ne pourra jamais accéder à son contenu et donc récupérer les pièces qui sont désormais considérées comme détruites.

Le processus n’a rien de secret puisque les transactions sont publiques et consultables par tous.

Une portée limitée

Si l’objectif du coin burn est de stabiliser le cours d’une monnaie en en faisant grimper artificiellement la valeur, cela ne fonctionne pas à tous les coups. La chute du nombre de pièces en circulation provoque souvent une raréfaction de l’offre, ce qui pousse évidemment une montée en flèche des prix. Or, dans le cas du récent brulage des Binances Coin, le cours de la cryptomonnaie n’a pas beaucoup bougé, passant de 300$ à 307$ dimanche dernier. Le jour suivant, sa valeur était repassée à 300$.

À lire aussi :

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20