Chimie et pharma belges championnes d’Europe des investissements en recherche et développement

Isopix

Le secteur chimique et pharmaceutique belge est de loin le plus gros investisseur en recherche et développement (R&D) de l’Union européenne, annonce lundi la fédération sectorielle Essenscia Wallonie-Bruxelles sur la base d’une analyse propre des statistiques européennes (Chemdata de la fédération chimique européenne Cefic).

Avec une intensité R&D de 17,7% (le rapport entre les dépenses R&D et la valeur ajoutée), la chimie et pharma belges occupent la tête du classement européen (sans compter le Royaume-Uni) et devancent des pays comme l’Allemagne, la Suède et la France, affirme la fédération. En Belgique, le secteur chimique et pharmaceutique représente deux tiers de l’ensemble des investissements industriels en R&D et un tiers des brevets octroyés.

Quelque 4,5 milliards d’euros ont été investis par les entreprises du secteur de la chimie et des sciences de la vie en 2019 dans la recherche et le développement en Belgique (intra- et extra-muros), ce qui équivaut à plus de 12 millions d’euros par jour, soit une augmentation de près de 50% en 10 ans, souligne Essenscia.

En outre, 466 brevets ont été octroyés l’an dernier au secteur belge de la chimie et des sciences de la vie, ce qui représente près de deux inventions par jour ouvrable.