« Certains Belges ont demandé de l’aide à l’ambassade »: la Défense envoie 4 avions à Kaboul

La Belgique envoie quatre avions militaires à Kaboul en Afghanistan. La Défense aidera à évacuer les gens de la ville.

La ministre de la Défense Ludivine Dedonder annonce que la Défense envoie un A400M, deux C130 et un Falcon7X à l’aéroport de Kaboul. « Une partie du détachement NEO (opérations d’évacuation des non-combattants) est prête à aider à organiser une évacuation à l’aéroport de Kaboul », a-t-elle déclaré.

« Avance rapide »

Les talibans contrôlent l’Afghanistan. Hier, le groupe extrémiste a pris la capitale Kaboul. Les diplomates étrangers et les civils sont évacués. Quelque 45 Belges se trouveraient actuellement en Afghanistan.

L’ambassade de Belgique à Islamabad au Pakistan constitue le point de contact pour les Belges résidant en Afghanistan. Depuis dimanche après-midi, un certain nombre d’entre eux ont demandé de l’aide à l’ambassade, confirme le porte-parole des Affaires étrangères, Wouter Poels.

Les Belges ont demandé de l’aide principalement « parce que les plans qu’ils avaient pour quitter le pays ont été ruinés par l’avancée rapide des talibans ». M. Poels n’a pas pu dire combien de Belges ont déjà demandé de l’aide.

Vols commerciaux

« Nous appelons tous les Belges à contacter l’ambassade », conseille M. Poels. « Elle examine les options avec eux dans un contexte de changement très rapide. La plupart des vols commerciaux ont été suspendus pour le moment, mais il y en a encore quelques-uns. Nous étudions les possibilités de vols par des opérateurs commerciaux des pays partenaires. »

Une source a rapporté à Reuters que tous les vols commerciaux à destination et en provenance de l’aéroport de Kaboul ont été suspendus. Toutefois, il est encore possible de réserver un vol au départ de Kaboul via Pakistan Airlines, par exemple.

Poels ne peut pas dire avec quels avions la Belgique va évacuer ses ressortissants. « C’est notre ambassade qui coordonne cela. Ils essaient d’aider les Belges du mieux qu’ils peuvent. »

« Volonté d’aider »

Les Affaires étrangères ne donnent aucune information sur les interprètes afghans qui ont travaillé pour la Belgique. « Nous nous abstenons de tout commentaire à leur sujet. Ils ont tout à gagner maintenant à être identifiés le moins possible, pour leur sécurité. »

C’est le secrétaire d’État à l’asile et à la migration, Sammy Mahdi, qui décide si une personne se voit accorder un visa humanitaire. Les interprètes qui ont travaillé pour le ministère de la Défense connaissent la procédure de demande d’asile, affirme le porte-parole de Mahdi. « Les personnes qui ont un dossier que nous recevons de la Défense, nous leur donnons toujours un visa humanitaire. Je ne peux pas dire que les gens vont arriver. La situation n’est pas claire pour le moment. Nous sommes un pays qui est prêt à aider. »

Les Pays-Bas et l’Allemagne

Le ministère néerlandais de la Défense envoie également un avion militaire pour récupérer le personnel de l’ambassade, le personnel local et les interprètes en Afghanistan. C’est ce qu’a déclaré le porte-parole du ministère dans sur RTL Nieuws.

Une décision elle aussi prise dans la mesure où il est de plus en plus difficile d’obtenir des vols commerciaux depuis l’Afghanistan. RTL Nieuws rapporte que le ministère est en contact avec tous les interprètes qui remplissent les conditions d’accueil aux Pays-Bas. Le ministère de la Défense tient compte du fait que des vols supplémentaires seront nécessaires. Mais leur venue effective dépend de « ce qui est possible et de ce qui est nécessaire », selon un porte-parole.

Lundi matin, l’Allemagne a envoyé un avion de transport A400M de la Bundeswehr depuis la base aérienne de Wunstorf, dans le Land de Basse-Saxe, en direction de Kaboul. Il s’agirait probablement de la plus grande mission d’évacuation de l’armée allemande à ce jour, a déclaré dimanche soir à Berlin la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU). L’Allemagne envoie également une équipe de soutien dans la capitale afghane.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés