Ce village utilise déjà l’hydrogène pour chauffer les habitations

Un village du nord-est de l’Angleterre utilise de l’hydrogène pour la cuisine et le chauffage. Une étape importante pour les Britanniques et leurs efforts pour trouver des solutions concrètes au réchauffement de la planète.

Pourquoi est-ce important ?

Les gouvernements du monde entier doivent trouver des solutions écologiques pour un usage quotidien. Selon le dernier rapport du GIEC, tout le monde doit agir rapidement pour éviter les pires scénarios climatiques. L'hydrogène peut être un bon substitut au gaz naturel, comme l'étudie actuellement le Royaume-Uni.

Depuis le mois d’août, un mélange de 20 % d’hydrogène et de 80 % de gaz naturel a été pompé dans le réseau public pour alimenter 668 foyers, une école et quelques petites entreprises de Winlaton. Winlaton est un village situé à environ 11 kilomètres à l’est de Newcastle. Le projet, appelé HyDeploy, utilise pour la première fois de l’hydrogène mixte sur le réseau électrique du Royaume-Uni (RU).

L’hydrogène n’émet rien d’autre que de la vapeur d’eau lorsqu’il brûle, ce qui en fait une alternative beaucoup plus propre que le gaz. L’hydrogène pourrait être crucial pour que le Royaume-Uni respecte son plan d’élimination des gaz à effet de serre. Le chauffage des maisons et des bâtiments est polluant et représente un tiers de toutes les émissions de CO2 au Royaume-Uni. L’utilisation de l’hydrogène pourrait donc permettre une réduction rapide de ces émissions.

« Le projet fournira des informations sur le potentiel de mélange d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel du Royaume-Uni. C’est un tremplin vers la décarbonisation du chauffage », a déclaré à Bloomberg Tim Harwood, responsable de la gestion du programme chez Northern Gas Networks, un opérateur régional de gazoducs impliqué dans HyDeploy.

Winlaton est la deuxième phase du projet pilote et s’étend jusqu’en juin 2022. Dans la première phase, 100 foyers et une trentaine de bâtiments commerciaux ont utilisé un réseau fermé d’hydrogène mixte. L’université de Keele, en Angleterre, a dirigé le projet pendant 18 mois, jusqu’à sa fin en mars de cette année. Le gouvernement britannique a maintenant tracé la voie à suivre pour que la première ville soit chauffée à 100 % à l’hydrogène d’ici 2030.

L’hydrogène est le chauffage le plus cher pour le moment

Les analystes de l’énergie s’attendent à ce que les prix de la technologie de l’hydrogène s’effondrent. Toutefois, des tests supplémentaires sont nécessaires pour s’assurer que l’hydrogène est viable à l’échelle commerciale. Selon BloombergNEF, les chaudières à hydrogène coûteront plus cher aux ménages pendant leur durée de vie que les pompes à chaleur, qui utilisent l’électricité pour extraire la chaleur de l’air, ou que les chaudières au gaz naturel qui chauffent la plupart des foyers britanniques.

Les mélanges d’hydrogène constituent une étape vers des réseaux complets d’hydrogène, mais ont pour le moment un faible impact sur les émissions. Un mélange à 20 % en volume ne réduit les émissions de CO2 que de 7 %, selon le BNEF. Des mélanges plus élevés d’hydrogène nécessitent la modernisation des pipelines et des équipements.

Pourtant, le plan hydrogène du gouvernement, publié le mois dernier, fait l’éloge de l’importance vitale de ce carburant. Tant pour les efforts du Royaume-Uni dans le cadre de l’accord sur le climat que pour la réduction des émissions. Le plan part du principe que les procédés industriels, et non le chauffage, représenteront la majorité de la demande d’hydrogène au cours de la prochaine décennie.

Les experts s’attendent à ce qu’une stratégie distincte et plus détaillée soit élaborée pour le chauffage domestique.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés