Ce que Noël fait à votre cerveau

Pour beaucoup d’entre nous, c’est la période la plus merveilleuse de l’année, la saison des réjouissances. Mais comment expliquer ce sentiment de joie, de chaleur et de nostalgie que les gens ressentent lorsque les cloches sonnent ? Et le stress de Noël ? Qu’est-ce que le don de cadeaux fait à notre cerveau ? Ou un somptueux repas de Noël ? Beaucoup, il s’avère.

La joie qui entoure Noël peut en fait affecter certaines des substances chimiques présentes dans votre cerveau (dopamine et sérotonine) qui influencent votre niveau de bonheur. La dopamine est connue pour son rôle dans le comportement de récompense et la recherche du plaisir, tandis que la sérotonine est censée accroître notre sentiment de valeur et d’appartenance. Ou : Noël fait vraiment quelque chose à votre cerveau.

Des chercheurs de l’université de Copenhague ont tenté de trouver le « centre » de ce que nous appellerons le sentiment de Noël dans le cerveau humain. Des images sur le thème de Noël ont été montrées aux participants à l’étude et, parmi ceux qui célébraient activement Noël, on a constaté une activation cérébrale accrue dans le cortex sensori-moteur, le cortex prémoteur et moteur primaire et le lobule pariétal.

Ces zones du cerveau ont déjà été associées à la spiritualité, aux sens corporels et à la reconnaissance des émotions faciales. Et si les résultats de l’étude doivent être interprétés avec prudence, il est intéressant de noter les effets physiques que le sentiment de fête peut avoir sur votre cerveau.

Ce que le stress de Noël fait à votre cerveau

D’ailleurs, tout le monde ne trouve pas que Noël est une période très joyeuse et festive – beaucoup de gens trouvent cette fête très stressante. Surtout les préparatifs. Pensez à l’agitation dans les magasins et les supermarchés, à la pression pour trouver le cadeau idéal pour votre moitié ou à la préparation du repas de fête parfait pour une maison pleine de gens affamés. Le stress peut provoquer une réaction physique dans votre corps, libérant automatiquement de l’adrénaline et du cortisol. En outre, il a été démontré que le cortisol a un effet profond sur l’hippocampe, et qu’il peut donc réduire votre mémoire et votre capacité à faire plusieurs choses à la fois.

Les effets des cadeaux de Noël sur le cerveau

Noël implique aussi des cadeaux. Offrir et recevoir des cadeaux est une tradition de Noël séculaire et il n’y a pas de meilleur sentiment que de voir les yeux de l’être aimé s’illuminer lorsque vous lui avez offert le cadeau parfait. Mais pourquoi donner nous fait-il nous sentir si bien ? La générosité est liée au circuit de récompense de notre cerveau, qui libère de la dopamine et des endorphines. Cela conduit à ce que l’on appelle le « helpers high », une sorte d’excitation ressentie après avoir donné. Les substances chimiques à l’origine de cet effet peuvent également réduire le stress.

Ce que la présence de la famille fait à votre cerveau

Noël est aussi l’occasion de se retrouver en famille et entre amis. Elle peut entraîner la libération d’une hormone appelée ocytocine dans le cerveau. L’ocytocine, également appelée « hormone du câlin », contribue à expliquer ce sentiment de chaleur et de douceur que l’on ressent à Noël lorsqu’on est entouré de ceux que l’on aime et en qui on a confiance. La condition, bien sûr, est que vous et ceux avec qui vous vous asseyez à la table soyez en bons termes. Sinon, nous revenons à l’un des paragraphes précédents : alors, cela devient stressant.

Ce que toute cette nourriture (et ces boissons) fait à votre cerveau

Et pendant que nous avons les pieds sous la table : manger (et boire) trop fait aussi partie de l’expérience de Noël, et oui, manger trop fait quelque chose à votre cerveau. Il a été démontré qu’il active une voie qui relie l’hypothalamus du cerveau au système immunitaire. Cela entraîne une réponse immunitaire et une légère inflammation, ce qui peut expliquer pourquoi vous pouvez vous sentir mal après avoir trop mangé. Ce n’est pas si mal en soi, mais lorsque la suralimentation devient un problème à long terme, cette inflammation peut devenir chronique et contribuer au diabète de type 2 et aux maladies cardiaques. Et c’est, bien sûr, pourquoi nous montrons de bonnes intentions une semaine plus tard. Mais c’est un autre article.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20