Ce que le nouveau président sud-coréen signifie pour les relations avec le voisin du nord

Avec le nouveau président sud-coréen, Yoon Suk-yeol, les Sud-Coréens envoient un signal fort au Nord. M. Yoon a déjà exprimé son souhait de stocker des missiles nucléaires américains sur la péninsule coréenne, un souhait qui, de toute façon, déplaît à la Corée du Nord.

Dans leur propre pays, les Sud-Coréens n’ont pas encore décidé comment ils allaient l’appeler: Yoon, le « conservateur », le « droit-libertaire » ou le « populiste ». Ce qui est certain, c’est que le nouveau président veut armer davantage son pays contre la menace de ses voisins communistes, la Chine et la Corée du Nord.

Une Corée sans nucléaire

Le 22 septembre 2021, Yoon Suk-yeol a exprimé son souhait de ramener les armes nucléaires américaines sur le sol coréen. Les premières têtes nucléaires américaines ont été placées sur la péninsule dès 1958 et à la fin des années 60, on en compte pas moins de 950 exemplaires. Lorsque le président George Bush a annoncé en 1991 qu’il rapatriait toutes les armes nucléaires de l’étranger, il en restait une centaine en Corée du Sud. Depuis lors, la Corée du Sud poursuit une politique stricte de dénucléarisation, bien qu’elle ait la capacité de construire des missiles nucléaires. Son voisin du nord, cependant, ne tient guère compte de cette règle.

Et c’est précisément la raison pour laquelle Yoon se tourne maintenant vers les États-Unis. Avec une puissance nucléaire comme voisin et ennemi, et le dictateur hautement explosif Kim Yong-un comme leader, la Corée du Sud veut être mieux armée contre une éventuelle attaque. Sous le précédent président, Moon Jae-in, un système en trois étapes a été mis au point à cette fin : la politique des trois « K »:

  • K1 : Kill Chain : si la Corée du Sud est certaine que la Corée du Nord l’attaquera avec des missiles nucléaires, elle tirera d’abord une série de missiles de son crunu, visant les bases militaires et surtout les emplacements des missiles nucléaires de la Corée du Nord.
  • K2 : Système coréen de défense antimissile : Ces dernières années, la Corée du Sud a construit son propre bouclier antimissile, un peu comme le « Dôme de fer » d’Israël. Le bouclier antimissile est conçu pour éliminer la grande majorité des missiles nord-coréens avant qu’ils ne causent de dommages.
  • K3 : Punition massive et représailles en Corée : En théorie, il s’agit d’une répétition de la Kill Chain, mais qui vise les bâtiments militaires et politiques clés afin de forcer un changement de régime.

Afin de mettre en œuvre cette politique du K3, la Corée du Sud a considérablement développé ses propres capacités en matière de missiles. Pourtant, le président Yoon, parmi d’autres, estime que cela ne suffit pas et qu’une aide supplémentaire de l’Occident (lire : les États-Unis) serait la bienvenue. Et pas seulement sous la forme de missiles nucléaires, qui seraient particulièrement dissuasifs.

THAADs

Outre les missiles nucléaires, le pays le plus au sud de la Corée demande à organiser des exercices conjoints avec l’armée américaine afin de mieux préparer sa propre armée à un éventuel conflit militaire avec le Nord. M. Yoon a également exprimé le souhait d’acheter davantage de systèmes de défense aérienne américains THAAD.

Le THAAD, abréviation de Terminal High Altitude Area Defence, est un système de missiles capable d’abattre tous les types de missiles balistiques qui quittent l’atmosphère pendant un court instant au cours de leur vol. Les systèmes sont développés par Lockheed Martin, mais presque toutes les grandes entreprises de défense américaines, telles que Boeing et Raytheon, fournissent des pièces.

Le pays dispose déjà de quelques systèmes THAAD, mais pas suffisamment pour contrer la menace nord-coréenne. Avec le déploiement de ces systèmes en 2016, le pays a déjà pu compter sur une réponse forte de la Chine, qui a immédiatement exhorté ses citoyens à s’opposer à tout ce qui est sud-coréen. Des voyages touristiques ont été annulés, des produits ont été interdits dans les magasins, des entreprises ont été boycottées et les constructeurs automobiles Hyundai et Kia n’ont jamais vendu aussi peu de voitures en Chine.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20