Le complot contre l’UE

La présence le week-end dernier à Paris de Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump, n’est pas passée inaperçue. Bannon est dans la capitale française pour soutenir le Rassemblement National (ex-Front National) de Marine Le Pen. Selon l’Américain, le vote français sera sans doute le plus important de toutes les élections au sein de l’UE.

Bannon était un invité lundi matin de la chaîne de télévision française BFMtv, où il a déclaré que les partis d’extrême droite n’avaient pas l’intention de détruire l’Union européenne, mais de transformer l’Europe de l’intérieur en une union d’États-nations libérés du joug de Bruxelles.

La présence de Bannon en France a coïncidé avec le scandale qui a coûté le week-end dernier au vice-chancelier autrichien d’extrême droite Heinz-Christian Strache. Soudain, Vladimir Poutine est entré en scène. Strache menace même maintenant d’être poursuivi en justice. Cela a donné suffisamment de munitions au LREM français d’Emmanuel Macron pour proclamer que Le Pen, Salvini et autres Orbàn ourdissent « un complot international ». Ce dernier « aspirerait à la destruction de l’UE ».

Le RN est « le cheval de Troie de Poutine et Trump »

Selon Pascal Canfin, numéro deux de la liste européenne des LREM, le Rassemblement National (RN) est un cheval de Troie pour Trump et Poutine, qui a pour objectif de détruire l’UE de l’intérieur. L’image est intéressante. La question est de savoir si cela suffira pour attirer les électeurs aux urnes. Le vote n’est pas obligatoire en France.

Pendant ce temps, le RN reproche à Macron d’avoir propagé des « fake news ». La réponse de Le Pen en dit long: « Je ne savais même pas que Bannon était à Paris. Il est ici pour affaires. Pas pour nous. » 

Pour l’instant, les sondages indiquent que le RN a une longueur d’avance, au même titre que lors des précédentes élections européennes. Le Front national remporte un peu moins de 25 % des voix et devient ainsi le plus grand parti français au Parlement européen. Contrairement à il y a cinq ans, Le Pen promet de ne plus sortir la France de la zone euro. Plutôt qu’un Frexit, ils veulent maintenant faire imploser l’UE de l’intérieur.

Elections européennes : le taux de participation le plus bas jamais atteint ?

Les sondages indiquent que le taux de participation pourrait être le plus bas de tous les temps. En 2014, moins de la moitié des personnes ayant le droit de vote se sont déplacées aux urnes (44 %). 0,5% de plus pourraient disparaître cette année. Parmi les 18 à 25 ans, la proportion de ceux qui iront voter n’atteindrait même pas 30 %.

Selon Macron, il existe également une différence entre les protestations des Gilets jaunes de samedi et les élections de dimanche. Mais certains commentateurs pensent que la théorie du complot international actuellement mise en avant par Macron et le centre va un peu trop loin.