Au Royaume-Uni, le salaire moyen va retomber à son niveau de 2006

Même lors de la crise des subprimes en 2008 et du Covid en 2020, le salaire anglais était plus élevé que ce qu’il ne sera en 2023.

Le détail : Selon PwC, le salaire moyen d’un travailleur britannique en 2023 (en prenant en compte l’inflation, NDLR) devrait retomber au niveau de 2006. Les salaires réels, qui tiennent donc compte de l’inflation, devraient baisser de 3% en 2022 et de 2% supplémentaires en 2023, a prédit PwC dans un rapport sur l’économie britannique partagé avec CNN.

  • Le rapport confirme que les salaires ont stagné au Royaume-Uni alors même que l’inflation est à deux chiffres, provoquant la pire crise du coût de la vie depuis des décennies. Cela a conduit à des grèves généralisées dans l’ensemble de l’économie britannique, y compris les chemins de fer, les écoles, les infirmières, les hôpitaux et le service postal.
  • « 2022 a évidemment été une année très difficile pour l’économie britannique, et il n’est pas surprenant que ces vents froids se poursuivent tout au long de 2023 », a déclaré Barret Kupelian, économiste principal chez PwC, dans un communiqué.
  • Malgré l’impact sur les salaires, plus de 300.000 travailleurs britanniques pourraient réintégrer le marché du travail en 2023, ce qui réduirait l’inactivité économique et atténuerait les pénuries de personnel dans les secteurs hautement qualifiés, selon PwC.
  • Dans le même temps, l’augmentation de l’immigration au Royaume-Uni pourrait contribuer directement à l’économie à hauteur de 19 milliards de livres (23 milliards de dollars), stimulant la croissance du PIB de 1% « même si l’ensemble de l’économie se contracte », selon PwC.
  • « Malgré la contraction de l’économie, le Royaume-Uni reste une destination attrayante pour les travailleurs », a déclaré Jake Finney, économiste chez PwC, dans un communiqué. Les niveaux d’immigration au Royaume-Uni ont atteint un record de 1,1 million en 2022. Parmi eux, 140.000 sont issus des programmes de réinstallation visant les Ukrainiens, les Afghans et les résidents de Hong-kong, selon PwC.
  • Même avec une immigration record, le Royaume-Uni est à la traîne parmi les nations développées dans sa reprise de l’emploi post-Covid. Les postes vacants ont atteint le chiffre record de 1,3 million plus tôt dans l’année. Ils sont tombés à un peu moins de 1,2 million en novembre. La pénurie de main-d’œuvre a été particulièrement aiguë dans les secteurs de l’hôtellerie, du commerce de détail et de l’agriculture.

Contexte : À rajouter à l’inflation galopante qui, elle, touche le monde entier, le Brexit.

  • Un récent rapport a calculé le coût du Brexit pour le Royaume-Uni. Ce coût s’élève à 45 milliards d’euros. En effet, la séparation avec l’Union européenne a fait augmenter le prix des importations venant de cette dernière.
  • L’inflation n’épargne personne en 2022. Cette dernière a probablement atteint un pic en octobre et « commencera progressivement à revenir à l’objectif au cours des deux prochaines années. », explique M. Kupelian de PwC.
  • La Banque d’Angleterre se prépare à la récession la plus longue de ce qu’ils ont pu mesurer. Celle-ci pourrait durer jusqu’à 2024.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20