Au pied du mur, le Premier ministre suédois reconnaît ses erreurs dans la gestion de la crise

Stefan Lofven. – Isopix

Depuis plusieurs semaines, la Suède fait face à une résurgence de cas de coronavirus et les hôpitaux sont saturés. Fervent du laisser-faire sur base de quelques mesures d’hygiène, le pays a été contraint de revoir sa stratégie pour contenir la deuxième vague. Aujourd’hui, Stefan Lofven, Premier ministre suédois, reconnaît que la méthode déployée par son pays n’était pas la bonne. 

La situation s’est fortement dégradée en Suède. Le pays a enregistré à ce jour 7.667 décès liés à l’épidémie et plus de 340.000 contaminations. Largement plus que ses voisins. De quoi s’interroger et laisser la population – et ses responsables – perplexes. 

‘Il est vrai que certaines conclusions que nous avons tirées dans ce domaine auraient pu être meilleures’, a déclaré le Premier ministre. ‘Prenez, par exemple, les soins aux personnes âgées. Nous devons faire plus, et nous devons revoir les prochains budgets en conséquence’. 

Cette annonce survient alors qu’un rapport indépendant rédigé par des experts suédois a fait scandale en Suède. La Commission présidée par Mats Melin dénonce le manque de responsabilité du gouvernement dans la stratégie suédoise à l’égard des personnes âgées. 

Les hôpitaux sont au bord de la saturation. Des personnes âgées doivent parfois attendre dehors devant les portes des hôpitaux avant de se faire soigner. Les lits en soins intensifs viennent à manquer dans les grandes villes du pays.

Un changement radical

À qui la faute? Il est vrai que la Suède a boudé pendant plusieurs mois les méthodes employées par ses voisins. Aucune mesure contraignante n’a été prise durant la première vague. Alors que jusque-là, les autorités se targuaient d’avoir adopté une méthode efficace pour endiguer l’épidémie, le pays s’est vu, dès octobre, et surtout en novembre, confronté à une hausse de cas, ruinant les minces espoirs d’une quelconque immunité de groupe.

Les politiques n’ont eu d’autre choix que d’instaurer de nouvelles règles plus strictes. Interdiction de rassemblement, fermetures des bars et restaurants, des écoles primaires… la bonne volonté des Suédois n’aura pas suffi.

‘Nous avons besoin de quelques semaines de fermeture pour faire baisser les chiffres’, a déclaré Tove Fall, professeur d’épidémiologie moléculaire à l’université suédoise d’Uppsala, au New York Times. ‘D’autres pays ont pris des précautions bien plus importantes à des niveaux de transmission plus faibles’, a-t-il ajouté. 

Les pays voisins à la rescousse

Face à un tel constat, le Premier ministre se retrouve au pied du mur. À tel point que les pays voisins de la Suède lui ont proposé leur aide. ‘Personne ne pouvait prédire que cela [COVID-19] se produirait avec une telle force’, a ajouté le Premier ministre suédois. ‘C’est la preuve qu’il s’agit d’un virus que nous ne connaissions pas auparavant, et qui se comporte d’une manière imprévisible’.

Il est vrai que chaque pays doit faire preuve d’humilité dans cette crise sanitaire. L’Allemagne comme le Danemark, souvent cités en bons élèves, ont dû adopter des mesures plus strictes. Même la Corée du Sud envisage un confinement strict alors qu’elle ne l’avait jamais fait au printemps dernier.