L’humilité face au Covid-19 : la Corée du Sud envisage son premier confinement suite à une hausse ‘incontrôlable’ des cas

Partout dans les rues de Séoul, des affiches demandent à la population de respecter les mesures sanitaires (Isopix)

Depuis le début de la pandémie, la Corée du Sud a été montrée en exemple comme l’un des pays qui avaient réussi à contrôler l’épidémie. La péninsule avait évité un confinement à coup de testing de masse et de tracing des contacts. Mais aujourd’hui, la propagation de la maladie devient incontrôlable.

La Corée du Sud se trouve actuellement au niveau 2,5 sur l’échelle des restrictions sanitaires, 3 étant le confinement strict. Dimanche, plus d’un millier de nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés, un niveau jamais atteint lors de la première vague. Le nombre de décès a également dépassé tous les records avec 13 morts ce mardi.

Graphique du Worldometers qui suit la pandémie de Covid-19

Un haut responsable du Ministère de la Santé, Yoon Tae-ho, a exhorté la population à respecter les mesures de distanciation sociale, surtout dans la région de Séoul, où vivent près de la moitié de la population sud-coréenne. Le Maire par intérim de la ville a d’ailleurs annoncé que 77 des 78 lits des soins intensifs étaient actuellement occupés par des malades du coronavirus. Yoon a prévenu que les autorités régionales réfléchissaient à passer au niveau 3, ce qui entrainerait ‘un grand changement social’ et de grosses difficultés pour les PME et les indépendants.

La principale différence entre la première et la seconde vague en Corée du Sud est l’hiver glacial qui s’est abattu sur la péninsule, forçant la population à rester à l’intérieur, où le virus circule beaucoup plus facilement. Comme en Europe, les Sud-Coréens commencent également à être fatigués de ces mesures et les respectent donc de moins en moins.

Niveau 3

Un niveau 3, dernier niveau de la pandémie, signifierait la fermeture de tous les commerces, le début des cours en ligne et des événements religieux à distance. Si pour les Européens, ces mesures sont presque devenues habituelles – les Pays-Bas et l’Allemagne ayant fermé leurs magasins non essentiels cette semaine – pour les Sud-coréens se sont des mesures tout à fait exceptionnelles.

Pour tenter d’éviter d’en arriver là, l’armée et la police ont été appelées en renfort pour augmenter les capacités de tracing alors que les laborantins et le personnel de santé ont fait des heures supplémentaires la nuit et le weekend pour tenter de tester un maximum de personne.

La Corée du Sud, et sa population 5 fois plus importante que celle de la Belgique reste toutefois bien en dessous des chiffres qu’on connait en Europe. Notre pays a recensé une moyenne quotidienne de 2.343 cas de coronavirus au cours des 7 derniers jours, soit deux fois plus qu’en Corée du Sud et jusqu’à 7 fois plus de décès.

En outre, il est intéressant de noter que le seuil que la Belgique considère acceptable pour réduire les restrictions – 800 cas quotidiens – est le niveau auquel la Corée du Sud réfléchit à confiner totalement sa population. Cette deuxième vague qui parait inarrêtable en Corée du Sud semble donc être beaucoup plus sous contrôle qu’en Europe.