Une année de pandémie en un graphique: la Belgique est de loin le pays le plus durement touché au monde

Isopix

Près d’un an après le début de la crise sanitaire et économique mondiale du coronavirus, la Belgique arrive en tête du triste classement des pays les plus touchés par le virus en termes de morts par million d’habitants.

Alors que le monde s’apprêtait à célébrer le passage à l’an 2020, les premiers cas d’une pneumonie inconnue étaient signalés en Chine. Près d’un plus tard, le nouveau coronavirus a contaminé au bas mot 73 millions de personnes et provoqué plus de 1,6 million de morts à travers le monde.

Mais tous les pays n’ont pas été frappés avec la même force par le virus. Et à ce triste jeu, la Belgique est la grande perdante en arrivant en tête du classement mondial en termes de décès par million d’habitants. (Les pays de moins d’un million d’habitants n’ont pas été repris).

Les classement des pays les plus touchés par le nouveau coronavirus en termes de morts par millions d’habitants. Source: COVID-19 Data Repository by the Center for Systems Science and Engineering (CSSE) at Johns Hopkins University, via Our World in Data.

On constate que la Belgique a déploré depuis le début de la pandémie un total de près de 1.549 morts par million d’habitants liées au Covid-19.

Assez loin derrière, on retrouve dans l’ordre le Pérou (1.108), l’Italie (1.067), l’Espagne (1.019), la Macédoine du Nord (1.018), la Bosnie-Herzégovine (1.017), la Slovénie (992), le Royaume-Uni (947), les Etats-Unis (904) et l’Argentine (902).

Et voici ce que cela donne en un graphique:

Sur l’axe des abscisses: le nombre de morts confirmées par million d’habitants et la chronologie. Sur l’axe des ordonnées: Les décès quotidiens confirmés par millions d’habitants. Source: COVID-19 Data Repository by the Center for Systems Science and Engineering (CSSE) at Johns Hopkins University, via Our World in Data.

Soulignons toutefois que les comparaisons entre pays sont rendues difficiles par les méthodes de calculs qui peuvent différer selon les nations ou encore la transparence dont elles peuvent faire preuve dans la compilation de leurs données.

Par exemple, la Belgique a décidé d’inclure dans ses décomptes les décès suspectés d’être dus au Covid-19, même si un test positif n’a pas été effectué, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les pays.

Lire aussi: