Marchés:
Chargement en cours…

LUNDI 26 OCT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Au Brésil, la ville de Manaus a atteint l’immunité collective: transposable chez nous ?

Logo Business AM
Crise du coronavirus

25/09/2020 | Baptiste Lambert | 4 min de lecture

Isopix

Dans la principale ville d’Amazonie, le covid-19 s’est largement répandu. Au point qu’une étude estime que 66% des habitants possèdent des anticorps. Plus de 60%, c’est la frontière à partir de laquelle joue l’immunité collective.

À supposer que 66% de la population a bien été infecté par le coronavirus, quel bilan humain est à déplorer dans la ville de Manaus ? Selon les chiffres officiels, 3.000 décès entre avril et août, soit 0,2% de porteurs. Un chiffre plutôt bas, qui s’explique, entre autres, par la jeunesse de la population.

Si on ne connait pas encore tout du Sars-Cov-2, on sait que ce n’est pas un tueur très efficace comme l’est le Mers ou le virus Ebola. Il tue principalement les personnes à risques, dont les personnes âgées, qui ont développé antérieurement une ou plusieurs autres maladies. Le covid-19 est souvent associé à de la comorbidité.

Pour une population de 2 millions de personnes, 3.000 morts, ce n’est pas si mal, si on prend une certaine hauteur cynique. Il faut savoir que Manaus n’a pas vraiment eu le choix. Il n’y a pas eu de politique stricte sur les masques et pas de confinement généralisé. Et les gestes barrières, sans être inexistants, ont été mis à mal par le travail de sape du gouvernement Bolsonaro. Tout cela a permis une large propagation non contrôlée. Les images des hôpitaux débordés et des fosses communes à ciel ouvert ont fait le tour du monde.

Mais aujourd’hui, le nombre de décès tourne autour de 3,6 ces dernières semaines (pour des installations de moindre qualité que chez nous). Et ‘Il apparaît que l’exposition au virus ait entraîné une baisse du nombre de nouveaux cas’, a expliqué la coordinatrice de l’étude,  la professeure de médecine de l’université de São Paulo, Ester Sabino. S’agit-il donc là d’une preuve que l’immunité collective, plus qu’un vaccin, est la solution pour nous débarrasser de ce virus très contagieux ?

Quid chez nous ?

Pourrait-on transposer cette expérience forcée chez nous, en protégeant les personnes à risques par exemple, comme le suggère l’ancien conseiller en chef du gouvernement suédois ?

Un article du Massachussetts Institute of Technology s’est penché sur la question. Pour les chercheurs, une telle stratégie de contagion libre mènerait à au moins 500.000 morts. C’est un grand minimum, les Etats-Unis sont déjà à 200.000 morts étant loin du taux de 66% de Manaus. Une autre étude voit dans le pire des scénarios 1,7 million de morts.

En France, selon les calculs de deux chercheurs de l’Institut Pasteur, l’estimation est de 100.000 à 450.000 morts. Même en protégeant les petits vieux ? Pas simple de cloisonner les populations. Comme l’a montré le Professeur à l’Université de Paris José Halloy sur le cas marseillais. Sur son graphique, on voit bien que début juillet, ce sont les populations les plus jeunes qui sont touchées. Mi-septembre, tout le monde y passe.

Histoire de calmer définitivement tout enthousiasme. Des prises de sang à Manaus ont également montré que la présence des anticorps diminue avec le temps. Comme cela a pu être observé ailleurs.

Si l’immunité collective devait jouer, elle devra le faire rapidement pour éradiquer le virus.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    42.983.766
  • Nombre
    de décès
    1.153.553
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    321.031
  • Nombre
    de décès
    10.810
Biden vs Trump
ÉLECTIONS AMÉRICAINES
Suivez le live ici chaque jour