AstraZeneca doit interrompre les tests de son vaccin ‘pour des raisons de sécurité’

isopix

La société pharmaceutique à qui la Commission a commandé 300 millions de doses suspend temporairement les tests de son vaccin contre le covid-19. Un patient aurait eu une réaction allergique inattendue.

Le vaccin d’AstraZeneca était à sa troisième et dernière phase de test. C’était donc l’un des candidats les plus sérieux pour le développement d’un vaccin. Mais la société pharmaceutique a annoncé hier soir l’interruption des tests, en se montrant toutefois rassurante: ‘C’est assez banal de faire quelque chose comme ça quand une maladie inattendue apparaît pendant l’un des tests’, a déclaré la société anglo-suédoise au site américain Stat. ‘Dans les tests à grande échelle, les gens tombent souvent malades par accident, mais chaque cas doit être étudié pour être certain. Nous devons assurer la sécurité de nos patients.’

Réaction allergique

AstraZeneca ne précise pas la raison exacte de l’interruption. Selon Stat, un participant au Royaume-Uni aurait développé une réaction allergique grave au vaccin.

Voilà toutefois une séquence qui ne va pas faire grandir la confiance des citoyens en un vaccin. Cette annonce intervient un jour à peine après que 9 CEO du Big Pharma se soient engagés à respecter la sécurité, tout en demandant aux gouvernements de ne pas confondre vitesse et précipitation.

La durée de nette interruption n’est pas claire non plus. De nombreux gouvernements avaient déjà passé commande dont les États-Unis avec 1,2 milliard de dollars pour 300 millions de doses, ou l’UE pour 300 millions de doses, avec une option pour 100 millions de doses supplémentaires.

La Commission avait avancé que les premiers vaccins auraient pu être sur le marché pour le mois de décembre. Ce qui semble maintenant incertain. Rappelons que le vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca était à la base destiné à lutter contre le virus Ebola. Mais ce vaccin a montré au départ des bons résultats pour arriver jusqu’à la dernière phase de test, comme ses concurrents Moderna ou Pfizer.