Après la France, l’Espagne veut aussi raccourcir la période de quarantaine: quid en Belgique?

EPA-EFE/David Arquimbau Sintes)

Les autorités sanitaires espagnoles envisagent de réduire la période de quarantaine pour Covid-19 de 14 à 10 jours, a déclaré Fernando Simón, le directeur du Centro de Coordinación de Alertas y Emergencias Sanitarias, dans une interview sur les ondes de Cadena Cope.

Fernando Simón a précisé qu’une réduction de la période de quarantaine à 5 ou 7 jours, comme c’est actuellement envisagé en Allemagne et en France, n’est pas à l’ordre du jour.

Le directeur du Centro de Coordinación de Alertas y Emergencias Sanitarias a également souligné qu’en Espagne, il n’est actuellement pas nécessaire de respecter une quarantaine de 14 jours si certaines conditions sont remplies. Par exemple, la période d’isolement peut être interrompue prématurément si un test donne un résultat négatif après 10 jours.

Et en Belgique?

En Belgique aussi, on réfléchit à la possibilité de réduire la durée de la quarantaine, aujourd’hui fixée à quatorze jours.

‘Quatorze jours, c’est un idéal’, explique le porte-parole interféderal de lutte contre le Covid-19, Yves Van Laethem, dans Le Soir. ‘Cela permet d’isoler avec certitude 95 à 99% des gens qui normalement vont éliminer le virus tout seul durant ce délai. Mais cela semble difficilement tenable sur le long terme.’

‘En réduisant à 7, 8 ou 10 jours, on va peut-être perdre quelques cas mais pas la majorité’, note-t-il encore. ‘Cela aura le mérite de rendre la mesure plus faisable. Je suis persuadé que ça va passer car cette mesure est dans l’air du temps.’

Dans l’air du temps, mais probablement pas avant le mois d’octobre. Le Risk Management Group (RMG) effectue actuellement une analyse de l’éventuelle mesure. Si son avis est favorable, une annonce en ce sens pourrait vraisemblablement intervenir lors du prochain Conseil National de Sécurité (CNS), qui doit avoir lieu à la fin septembre. Ce nous nous amènerait à une mise en application à partir du mois prochain, au mieux.

Des vaccins d’ici la fin de l’année

Par ailleurs, le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, et le ministre de la Santé, Salvador Illa, ont annoncé lundi que les premières doses du vaccin contre le Covid-19 pourraient être disponibles dans le pays d’ici la fin de l’année. L’Espagne a passé des commandes en ce sens à l’université d’Oxford (Royaume-Uni) et au géant pharmaceutique AstraZeneca.

Les groupes les plus vulnérables seront vaccinés en premier. Il s’agit notamment des professionnels de la santé, des travailleurs exerçant des métiers essentielles, des personnes âgées et celles présentant des risques accrus liés à des pathologies antérieures.

Plus d’un demi-million d’infections

En Espagne, le nombre total d’infections au coronavirus a officiellement dépassé la barre du demi-million. Il s’agit du premier pays européen à franchir ce triste cap symbolique. En avril déjà, l’Espagne était l’un des pays d’Europe les plus gravement touchés. Et une fois de plus, le nombre d’infections y augmente rapidement actuellement. Près de 30.000 Espagnols sont déjà morts des suites du Covid-19.

Depuis le 4 septembre, l’Espagne est passée en zone rouge pour les voyageurs belges, à l’exception de Ténériffe. Cela signifie que les personnes qui reviennent de la péninsule ibérique sont obligées de passer deux semaines en quarantaine à leur retour. Elles doivent également subir un test de dépistage du coronavirus.