Après la débâcle américaine en Afghanistan, vers une force d’intervention européenne commune de 5.000 soldats ?

Après Kaboul, l’Europe ne veut plus dépendre d’un agenda américain pour ses implications militaires. L’idée d’une force d’intervention commune revient au goût du jour. Le continent en aurait les moyens, mais le processus institutionnel serait plus difficile à mettre en place.

Les évacuations menées depuis l’aéroport de Kaboul ont démontré ce qui n’était somme toute qu’un secret de polichinelle : en cas d’opération militaire d’envergure, les Occidentaux ne peuvent rien faire sans l’aide américaine. Et, surtout, ils se retrouvent à devoir suivre l’agenda de l’Oncle Sam : alors que de nombreux chefs d’État européens prônaient un maintien du pont aérien, Joe Biden a fermement campé sur son objectif d’une évacuation totale pour le 31 août. Une dépendance à la puissance militaire américaine qui, après le désastre de Kaboul, a fait germer à nouveau l’idée d’une force de réaction rapide propre à l’Union européenne.

Une vieille idée

Un concept qui n’a rien de neuf : dès 1950, la France envisage de mettre sur pied une force militaire commune aux six membres fondateurs de la jeune Union. À savoir l’Hexagone, mais aussi la Belgique, l’Italie, le Grand-Duché du Luxembourg, les Pays-Bas, et l’Allemagne de l’Ouest. Une manière de se prémunir d’une invasion soviétique sans dépendre du bon vouloir de l’Otan, mais aussi d’encadrer le réarmement allemand, alors que les cendres de la Seconde Guerre mondiale tiédissent à peine. Un traité établissant la Communauté européenne de défense est bien signé en 1952, mais aucun des pays concernés ne le ratifie. Et si l’idée reviendra plusieurs fois sur la table, l’armée commune européenne n’a jamais vu le jour. Chaque État-membre assure sa défense de son côté, tout en bénéficiant du parapluie de l’Otan.

Objectif : 5.000 soldats sur le terrain

Pour Josep Borrel, Haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, l’Afghanistan doit servir de déclic pour revenir sur cette idée: « Tous les pays de l’UE présents en Afghanistan se sont mobilisés autour de l’aéroport de Kaboul au cours des dernières semaines. Ils ont coopéré entre eux et partagé leur capacité de transport. Mais en tant qu’Européens, nous n’avons pas pu envoyer 6.000 soldats pour sécuriser la zone. Les États-Unis l’ont pu. L’UE doit pouvoir intervenir pour protéger nos intérêts lorsque les Américains ne veulent pas être impliqués. »

M. Borrel estime qu’il est temps de mettre en place une force d’intervention de 5.000 soldats en cas de crise de ce genre. Il rejoint ainsi 14 pays-membres de l’UE ayant signé une résolution dans ce sens en mai dernier. Celle-ci défendait la mise en place d’une force d’intervention rapide de 5.000 militaires, avec ses propres véhicules et les moyens d’être acheminée rapidement sur un terrain d’opération à la demande des Nations Unies. Ou de l’Otan, mais en partant sur un pied d’égalité par rapport aux Américains.

Opinion plutôt favorable

Sur le papier, rien d’insurmontable : le continent ne manque pas d’armées nationales nombreuses et bien équipées, en France ou en Allemagne par exemple, et elles sont parfois déjà habituées à travailler ensemble, comme celles du Benelux. Mais c’est au niveau décisionnel que la tâche serait plus ardue, car chaque État de l’Union dispose de ses propres processus de décision, d’autant plus pour un sujet aussi sensible qu’une intervention militaire. Il faudrait s’accorder sur des règles communes d’engagement, mais aussi sur des stratégies communes aux composantes venues de chaque pays, au risque de se retrouver avec une cacophonie opérative et polyglotte dans les états-majors.

Quant à l’opinion publique européenne, elle reste assez favorable au concept : en 2018, 68% des citoyens de l’Union interrogés se disaient favorables à une plus grande implication de l’UE dans la défense et la sécurité commune. Avec de grandes variations : 50% seulement au Danemark par exemple, mais 92% à Chypre. La Belgique se trouve quant à elle quasiment sur la moyenne avec 67%.

Pour aller plus loin :

 

Plus
Lire plus...
Marchés