2022 sera-t-elle l’année du dollar ?

L’inflation va-t-elle continuer à s’envoler dans les mois à venir ou un événement inattendu fera-t-il de 2022 une année passionnante ? Dans les deux cas, le dollar pourrait avoir le vent en poupe.

Lentement mais sûrement, vous pouvez acheter de moins en moins avec vos euros. En décembre, l’inflation a atteint de manière inattendue 5% en glissement annuel, a annoncé le service européen de statistiques Eurostat, un nouveau record, mais une gaminerie par rapport à ce qui se passe aux États-Unis. Dans ce pays, l’inflation a atteint 7% le mois dernier. Dans certains cas, la différence de prix est encore plus importante. Les Américains, par exemple, dépensent près de la moitié du prix d’il y a 12 mois en plus à la pompe à essence. Même si la hausse des prix du pétrole ne se poursuit pas, il est déjà possible de constater que, pour l’instant, l’inflation sera bien supérieure aux 2 % que vise la Banque centrale des États-Unis. Cela provoquera une réaction en 2022.

L’arme principale contre l’inflation

Le relèvement des taux d’intérêt est la principale arme de la Réserve fédérale pour maîtriser l’inflation. Dans le sillage de la hausse de l’inflation, la probabilité d’une série de hausses des taux d’intérêt aux États-Unis a considérablement augmenté. À la mi-septembre, les opérateurs du marché à terme du CME estimaient encore à 50% la probabilité que les taux d’intérêt n’augmentent pas en 2022. Actuellement, cette probabilité n’est que de 1%. Les opérateurs s’attendent à trois (30% de chances), quatre (24% de chances) ou même cinq (11% de chances) hausses des taux d’intérêt pour l’année en cours. Les prévisions de hausse des taux d’intérêt trouvent un écho important sur le marché des devises.

La casserole brûle

Un taux d’intérêt élevé rend plus intéressant pour les parties de détenir des actifs dans la devise correspondante. Depuis que les anticipations de taux d’intérêt ont commencé à augmenter aux États-Unis vers la mi-septembre, le dollar a progressé de 4% par rapport à l’euro. Si l’inflation américaine reste élevée et que la probabilité d’une série de hausses des taux d’intérêt augmente encore, le dollar pourrait gagner du terrain. Mais même si les flammes s’élèvent de manière inattendue, les perspectives de la monnaie sont bonnes. Après tout, le dollar est considéré comme une valeur refuge dans le monde des devises. Lorsque la panique du coronavirus a atteint son apogée dans le courant du mois de mars 2020, le dollar a grimpé à son plus haut niveau par rapport à l’euro depuis près de trois ans.

Effet de choc

En termes géopolitiques, une escalade du conflit entre la Chine et Taïwan ou une invasion russe de l’Ukraine pourraient provoquer un effet de choc. En outre, l’arrivée d’un nouveau variant dangereux du coronavirus ou un autre développement inattendu pourrait faire de 2022 une année passionnante. Au demeurant, le dollar ne bénéficiera de son rôle de valeur refuge que si la panique s’installe réellement sur les marchés financiers. Si un revers n’entraîne qu’un léger recul de la croissance économique, la hausse des taux d’intérêt américains sera moins importante que ce que les traders estiment actuellement. Cela aura un effet négatif sur le dollar. Bien que la monnaie ait de bonnes perspectives en ce début d’année 2022, il sera très intéressant de voir où se situe le dollar au moment de son bilan annuel, dans douze mois.

L’auteur Joost Derks est un spécialiste des devises chez iBanFirst. Cette chronique exprime son opinion personnelle et ne constitue pas un conseil professionnel (d’investissement).

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20