10 conclusions au lendemain de Super Tuesday

Bernie Sanders et Joe Biden semblent être les deux finalistes aux primaires démocrates 2020. (Isopix)

L’excitation du Super Tuesday est retombée. Dans 14 états, les électeurs ont pu désigner leur favori pour les primaires démocrates. Joe Biden a eu son moment de gloire après sa victoire en Caroline du Sud. Mais Bernie Sanders était toujours en tête. Conclusion de cette journée intense pour les électeurs américains:

1. Il y a 4 jours encore, Joe Biden n’avait jamais réussi à remporter les élections dans un seul Etat en 3 campagnes présidentielles. Mais après son écrasante victoire en Caroline du Sud samedi, il a aussi gagné ce mardi en Virginie, en Caroline du Nord, au Tennessee, en Arkansas, en Alabama, en Oklahoma, au Minnesota, au Texas et au Massachusetts, l’Etat pour lequel siège Elizabeth Warren.

2. Bernie Sanders a gagné en Californie, l’Etat où se sont présentés le plus d’électeurs. Ce qui a permis d’amoindrir sa défaite ce mardi. Mais il a échoué à donner à son programme politique un nouveau dynamisme.

Lire aussi : Super Tuesday: le match Sanders vs Biden a bien eu lieu, Bloomberg repart avec… les îles Samoa

Bloomberg, 11 à 13 millions de dollars par délégué

3. Le milliardaire Michael Bloomberg a dépensé plus d’un demi-milliard de dollars en publicité pour sa campagne politique. Il a seulement gagné dans les Samoa américaines, un territoire de 55.000 habitants avec 6 délégués. En tout, il obtient les faveurs de 44 délégués. Ce qui à la grosse louche fait 11 à 13 millions par délégué selon les chiffres.

4. Dans une série d’Etats que Biden a remportés, il n’a pas dépensé un seul dollar en publicité, il n’y a pas fait campagne et ne pouvait pas compter sur un nombre important de volontaires. L’équipe Biden s’est concentrée sur le soutien de politiciens locaux importants, une tactique sophistiquée qui s’est soldée par un succès retentissant.

5. Bloomberg – qui s’attendait à ce que Biden quitte la course plus tôt – et Elizabeth Warren, la femme qui a infligé un coup fatal à Bloomberg lors d’un débat, mais qui s’est révélée ‘inéligible’, sont les perdants de cette soirée. Bloomberg entrave maintenant les chances de réussite de Biden, tout comme Warren entrave celle de Sanders.

Plutôt perdre avec Biden que gagner avec Sanders?

6. Biden a profité ces derniers jours de l’énorme soutien non rémunéré des médias traditionnels américains. La campagne anti-Sanders a clairement fait son job. Si Sanders n’était pas stoppé lors du Super Tuesday, il ne l’aurait probablement jamais été. ‘Les démocrates préfèrent encore perdre contre Trump avec Biden que de gagner avec Sanders’, a déclaré électeur à la CNN. Une victoire de Sanders aurait d’importantes conséquences sur l’ordre social établi chez les Démocrates et le fonctionnement interne de la DNC.

7. Bernie Sanders n’a pas réussi à étendre sa base ce mardi. S’il veut y arriver, il doit réussir à convaincre les électeurs afro-américains, les électeurs plus âgés et les personnes vivant dans les banlieues. Mardi, ils ont voté majoritairement pour Biden.

8. Biden a eu l’impulsion des électeurs, mais sa campagne est à cours d’argent. Un support financier de Bloomberg aiderait, mais ce n’est pas nécessaire si les grands patrons de l’establishment démocrate votent massivement pour lui.

9. La bataille finale Biden – Sanders semble avoir commencé, l’ancien vice-président étant en première position pour l’instant. Biden va profiter de son élan en reprenant son discours de 2019. Dans un premier spot de campagne post-Super Tuesday, il se présente comme un leader / un guerrier qui peut à nouveau rassembler le parti et qui est le mieux placé pour vaincre Trump. Sanders devra convaincre les électeurs que le socialisme démocratique et une révolution sociale vont leur apporter plus d’avantages que le retour à ‘une nouvelle fois la même chose’, comme ils l’ont connu pendant l’ère pré-Trump.

Les Etats-Unis, une gérontocratie

10. Le président américain a 73 ans. Ses principaux adversaires, Joe Biden et Bernie Sanders, ont respectivement 77 et 78 ans. Mitch McConnell, président du Sénat, a 79 ans. Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, va en avoir 80 ce mois-ci. Les États-Unis restent donc pour l’instant une gérontocratie.

Lire aussi: