10e débat démocrate houleux: Bernie Sanders, assailli de toutes parts, résiste

AP Photo/Charlie Neibergall

J’entends beaucoup mon nom ce soir, je me demande bien pourquoi.’ Bernie Sanders a gardé ses nerfs et son humour pour ce 10e débat des candidats démocrates à la présidentielle. Le tout se passait en Caroline du Sud (vote le 29 février), quatre jours après sa victoire éclatante dans le Nevada. Ce débat laisse toutefois une impression de sacré foutoir.

Ça a chauffé lors du 10e débat de la primaire démocrate. Il faut dire que le Super Tuesday (3 mars) approche et sera décisif: les électeurs de 16 États devront se prononcer. C’est aussi à partir de ce moment-là que les citoyens américains à l’étranger pourront aussi voter (jusqu’au 10 mars).

Or, depuis sa victoire dans le Nevada – pour rappel il a obtenu autant de suffrages que Warren, Biden et Buttigieg réunis – Bernie Sanders est hyper favori.

Le principal des critiques s’est concentré autour des dépenses promises par l’homme originaire du Vermont. Pas moins de 1.500 milliards rien que pour son programme sur l’enfance. Les candidats centristes reprochent à Bernie Sanders sa radicalité. De nombreux experts estiment aussi qu’il serait le candidat idéal pour Trump qui pourra jouer sur la peur – toujours présente – du socialisme.

Buttigieg ne disait pas autre chose: ‘Si vous pensiez que les 4 dernières années ont été chaotiques, toxiques, sujettes à la division et épuisantes, imaginez passer la majorité de l’année 2020 avec un affrontement Sanders vs. Trump.’

L’ingérence Russe

De son côté, Bloomberg, qui n’est pas candidat en Caroline du Sud (il se concentre sur le Super Tuesday), a rappelé les récentes révélations de l’ingérence russe: ‘La Russie tente de vous faire élire pour que vous échouiez contre lui (Trump).’ Ce à quoi Sanders a répondu: ‘Croyez-moi, si je suis élu président des États-Unis, les Russes n’interféreront plus jamais dans une élection américaine.’

La Caroline du Sud est un État avec une communauté afro-américaine importante. Joe Biden a les faveurs de cette communauté, mais de récents sondages inversent la tendance.

C’est ce qui a poussé Biden à attaquer Sanders de front. En faisant référence à l’attaque terroriste de 2015 dans l’église Mother Emanuel AME à Charleston et qui a fait 8 morts. Biden reproche à Sanders différents votes contradictoires sur la vente libre des armes au cours de sa carrière comme sénateur. Hué dans la salle – il fallait payer plus de 1.000 dollars pour assister au débat – Sanders a tenté de se défendre: ‘J’ai du faire des milliers de votes (dans ma carrière), dont certains étaient mauvais’, a-t-il reconnu.

Biden n’a pas manqué d’évoquer à son tour, la radicalité de son rival sur le plan économique et a brandi le spectre du communisme, dont il a énuméré le nombre de morts dans l’Histoire.

Trump se frotte les mains

Ces disputes internes sont du pain bénit pour Donald Trump qui est lui sans rival du côté républicain. Son équipe de campagne s’est empressée de réagir: ‘Le Parti démocrate est un foutoir et le débat de ce soir est une preuve supplémentaire qu’aucun de ces candidats n’est sérieux ou ne peut se mesurer au président Trump.’

Elizabeth Warren s’est montrée plus conciliante avec Sanders, elle a par contre répété ses attaques contre le milliardaire Bloomberg, toujours accusé d’acheter son élection, en plus d’être empêtré dans une polémique autour des femmes ‘qu’il aime chasser’.

Bref, il est temps que cette campagne déchirante se termine et que les démocrates se rassemblent auprès d’un candidat. Sans quoi Trump a déjà gagné.