Xi Jinping : l’homme le plus puissant au monde a un plan dont rêveraient presque tous les politiciens occidentaux (Partie 2)

Le parti communiste chinois a célébré son 100e anniversaire cet été et il est bien vivant, grâce à son dirigeant Xi Jinping. Cette analyse examine en trois parties les raisons de cette situation, l’équipe qui remplit cette mission et les ressources qu’elle utilise pour faire passer cette vision à une population de 1,4 milliard d’habitants. De nombreux hommes politiques occidentaux observent, avec un mélange d’admiration et de dégoût, comment Xi Jinping accomplit son œuvre, comment il dispose de l’équipe nécessaire et comment il met en marche son plan.

Le plus grand parti politique du monde

Pour réaliser les plans très ambitieux du Grand Leader, vous avez naturellement besoin d’une base solide capable de réaliser ces plans. Les membres du parti sont la force motrice du parti et le Parti communiste chinois en a bien assez.

Les chiffres sont vertigineux. 8% de la population chinoise est membre du parti. Cela signifie que 92 millions de Chinois ont une carte de fidélité dans leur poche. Ce qui est frappant, cependant, c’est que Xi Jinping a mis les freins depuis son entrée en fonction. Xi Jinping est motivé par l’idéologie et a reproché aux dirigeants chinois de l’époque de recruter trop rapidement de nouvelles recrues, dont l’objectif principal était de faire pression sur les autorités pour leurs propres intérêts privés. Depuis qu’il a pris ses fonctions en 2012, il est devenu beaucoup plus difficile de devenir membre du PCC.

Isopix

Sur invitation seulement

Vous n’entrez pas dans ce club exclusif si facilement. Tout d’abord, vous devez soumettre une lettre d’accompagnement, qui doit être signée par deux membres actuels du parti. Le comité local du parti vérifie ensuite s’il accepte votre candidature. Si vous passez cet obstacle, vous devenez un militant du parti et devez passer un certain nombre de tests pendant au moins deux ans. Vous devez rencontrer les chefs de parti locaux, rédiger des rapports, rédiger des évaluations et vous devez également vous porter volontaire pour la fête pendant des mois. Toute votre famille est mise sous la loupe et vos résultats scolaires seront également pris en compte. Cela signifie donc que les bons élèves sont majoritairement membre du parti.

Les étudiants veulent en être

Étonnant est le succès que le parti rencontre aujourd’hui avec les étudiants, en particulier les plus instruits. Les étudiants représentent 30% des nouveaux membres. Ils sont largement d’accord avec la politique de Xi et sont également très patriotiques. Après tout, Xi Jinping mélange un communisme pragmatique avec un nationalisme fort qui séduit la nouvelle génération.

Xi Jinping a étudié à l’Université de Pékin (Xinhua/Wang Ye/Ixopix)

Grâce à cette armée d’employés fidèles et aux nouvelles technologies, le parti parvient à contrôler la société chinoise. La Chine ne se soucie pas de l’atteinte à la vie privée de sa population et peut donc utiliser à cœur joie tous les nouveaux outils technologiques pour effectuer des contrôles permanents.

Le leader chinois avait déjà prophétiquement déclaré en 2013 que « celui qui contrôle les données détient toutes les cartes ». En 2020, il a même qualifié les données de cinquième pilier de l’économie après le capital, le travail, la terre et la technologie.

Le Parti aux quatre coins du pays

Les Chinois sont de loin le peuple le plus espionné au monde. Grâce à 415 millions de caméras à travers le pays, ils sont constamment surveillés. Le Big Brother de George Orwell est désormais une réalité. Comme si ces caméras ne suffisaient pas, les Chinois utilisent sans scrupules les derniers logiciels de reconnaissance faciale pour contrôler la population.

Le Parti dans chaque quartier résidentiel du pays

Cela devient encore plus intéressant lorsque l’on examine comment le parti utilise ses membres pour maintenir l’ordre. Ils ont mis en place un système de contrôle social – grid management en anglais – qui divise tout le pays et chaque ville en blocs contrôlés par une commission locale. Si ces gestionnaires de réseau constatent des activités ou des comportements non autorisés qui s’écartent de la normale, ils peuvent appeler la police.

C’est l’équivalent de nos « Voisins veillent » – qui est actif dans de nombreux villages en Belgique – mais sans les comités permanents et sans les centaines de caméras à leur disposition pour surveiller les voisins.

Le parti dans toutes les organisations du pays

Dans chaque entreprise chinoise, il y a des membres du parti pour surveiller la façon dont les choses se passent. En Chine, il n’y a également aucun problème à signaler d’autres membres de votre environnement, de votre entreprise ou de votre association étudiante s’ils sont contre le parti.

Une caméra de vidéosurveillance surveille l’activité à Hong Kong. – Photo : Chan Long Hei/SOPA Images/Shutterstock/Isopix

Big Brother

Toutes ces données permettent d’alimenter des algorithmes et de réaliser ce dont rêvait Steven Spielberg dans son Minority Report. De cette façon, Tom Cruise pouvait prévoir où un crime allait avoir lieu.

Seulement, les Chinois en apprendront bientôt beaucoup plus sur leurs citoyens que sur leurs intentions de commettre un crime. Le contrôle des transactions financières sera renforcé à mesure que le yuan numérique arrivera, permettant au parti de surveiller toutes les activités de sa population en temps réel. Ces techniques sont maintenant lentement appliquées aux États-Unis, mais les Chinois porteront ces processus contrôlés par l’IA à un nouveau niveau sans précédent.

De cette façon, le parti parvient à maintenir son emprise sur la société. Il ne fait aucun doute que la Chine en profitera. La raison pour laquelle la République populaire a si remarquablement réussi à contenir le coronavirus a beaucoup à voir avec le fonctionnement efficace de ces comités, qui ont pu fermer des quartiers très rapidement.

De nombreux observateurs parlent donc de première dictature numérique. Ou, comme le dit encore plus lyriquement le Financial Times : la première « superpuissance techno-autoritaire ».

Avec tout ce pouvoir, Xi souhaite travailler sur un certain nombre d’objectifs spécifiques dans les années à venir, qui auront un impact important sur la société. Dans la partie 3, nous examinons comment il veut atteindre ces objectifs.


L’auteur Xavier Verellen est le CEO de QelviQ, une entreprise de l’Internet des objets (www.qelviq.com)

A Lire:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20