Wout van Aert en route pour devenir le coureur cycliste le mieux payé de tous les temps?

Wout Van Aert. (Benoit Tessier/Pool via AP)

Wout van Aert, ‘le meilleur coureur du peloton’ – toute nuance est superflue – devra se mettre en quête d’une nouvelle équipe d’ici la fin de 2021, son contrat actuel avec l’équipe néerlandaise Jumbo-Visma arrivant à son terme. Les vidéoconférences que son manager, Jef Van Den Bosch, tiendra certainement avec les directeurs d’équipe Dave Brailsford (Ineos) et Richard Plugge (Jumbo-Visma) devraient valoir le détour.

Signer un nouveau contrat ne sera pas un problème pour Wout van Aert. Ce sont plutôt les conditions qui constitueront un défi. Pas tant pour van Aert lui-même, mais surtout pour les équipes qui veulent l’attirer. Le coureur originaire de Lille (en Campine) pourrait bien prochainement ajouter le titre honorifique de ‘cycliste le plus cher du peloton’ à son palmarès. Pour parvenir à un accord, une chose est sûre: les deux parties devront y trouver leur compte.

Deux équipes le veulent vraiment:

1. Jumbo-Visma et la conquête de la Flandre

– Les sponsors: Visma, un fournisseur de logiciels qui aime marquer des points au niveau international, comme presque tous les sponsors du WorldTour, veut surtout gagner le Tour de France. Avec Primoz Roglic, l’équipe dispose déjà d’un vainqueur potentiel de la Grande Boucle. L’autre sponsor principal, Jumbo, a une motivation supplémentaire. La chaîne de supermarchés néerlandaise a jeté son dévolu sur le marché flamand. Et Wout van Aert est bien sûr le ‘poster boy’ idéal pour séduire le public flamand. Le budget de l’équipe s’élève actuellement à environ 25 à 30 millions d’euros. Elle est d’ores et déjà prête à rompre le contrat de son coureur pour lui en proposer une nouvelle version améliorée. Jumbo serait même prêt à augmenter le budget de l’équipe pour conserver son nouveau joyau.

Tadej Pogacar et Primoz Roglic. – Isopix

– La stratégie de l’équipe: en 2020, Jumbo-Visma a obtenu entière satisfaction de son coureur, et même plus. Wout Van Aert a remporté les Strade Bianchi et Milan-San Remo, il a sprinté pour remporter deux victoires dans le Tour et a décroché l’argent aux Mondiaux en contre-la-montre et sur la course en ligne. De plus, il a été de loin le pion le plus important de son équipe dans la protection de Primoz Roglic durant les trois semaines du Tour de France. Jumbo-Visma continue de compter sur ce dernier pour remporter la Grande Boucle. Mais Wout van Aert devra jouer un rôle essentiel pour que son équipe ramène le maillot jaune à Paris. Que ce soit en tant qu’équipier de luxe ou en partant à l’offensive pour sortir les Ineos de leur zone de confort et ouvrir la course.

2. Ineos et la conquête de la Flandre (bis)

– Le sponsor: Ineos est l’une des plus grandes entreprises chimiques du monde. Son patron, Jim Ratcliffe, la développe à un rythme effréné. Ce Britannique, domicilié à Monaco, ne sait pas quoi faire de tout son argent. Il investit donc massivement dans l’expansion de sa marque. Ratcliffe veut être en avance sur les exigences strictes qui seront sans doute imposées au secteur chimique dans les années à venir en raison du changement climatique.

Jim Ratcliffe. – Lionel Urman/Sipa USA

Mieux vaut marquer des points d’ici là, a-t-il dû penser. Le sport semble être une scène idéale pour son entreprise. Après avoir apporté à Eliud Kipchoge le soutien financier nécessaire pour être le premier à courir un marathon en moins de deux heures, l’écurie de F1 Mercedes pourra bientôt compter sur l’argent de Jim Ratcliffe. Plus important encore pour Van Aert: Ineos a un méga projet dans le port d’Anvers en cours de réalisation. Toute publicité positive supplémentaire ne peut que profiter à ce projet. De plus, le cash n’est pas un problème. Des sources proches de l’équipe confirment que le budget devrait être porté à 45, voire 50 millions d’euros.

– La stratégie de l’équipe: le rôle de Wout Van Aert serait assez similaire à celui qu’il a chez Jumbo-Visma. Il deviendrait le super-équipier de Carapaz et Bernal, et pourrait également remplacer Stannard et Kwiatkowski dans les classiques. S’il parvenait à obtenir le soutien d’un certain nombre de stars de l’équipe comme Rohan Dennis et Filippo Ganna, deux machines à rouler – ils ont tous deux remporté le championnat du monde de contre-la-montre sur route – Ineos pourrait afficher une équipe particulièrement solide dès les classiques de printemps.

3. Quid du principal intéressé?

(Foto: Marco Bertorello/Pool via AP)

– L’argent: Van Aert est ‘relativement’ bon marché aujourd’hui. Il gagnerait environ 1 million d’euros par an, hors primes de victoire. Le coureur le mieux payé du peloton serait aujourd’hui Peter Sagan. Selon le journal sportif français L’Equipe, il toucherait 5 millions d’euros par an. C’est exceptionnel dans le monde du cyclisme car les coureurs les mieux payés du top 10 sont principalement des vainqueurs potentiels du Tour comme Froome, Thomas, Bernal et probablement maintenant aussi Pogacar. Les gros salaires qui disposent d’un profil similaire à celui de Van Aert sont Michal Kwiatkowski, avec 2,5 millions d’euros, et Julian Alaphilippe, avec 2,3 millions d’euros.

– Ses chances: Wout van Aert est un gagnant, il veut remporter toutes les courses. Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, les étapes du Tour, le Tour des Flandres, le Championnat du monde de cyclocross, le Championnat du monde sur route, le Maillot Vert, etc. Il lui faut donc une équipe solide autour de lui. Lors des classiques, il est apparu clairement que Jumbo-Visma ne disposait pas des bons éléments pour soutenir van Aert jusque dans le final. Ineos non plus, car c’est une équipe typique du Tour. Mais il est possible que Jim Ratcliffe veuille voir une Team Ineos plus dominante, qui pourrait donc s’intéresser aussi aux classiques.

4. Privilégier une prolongation?

Van Aert se sent bien chez Jumbo-Visma. Il peut parler le néerlandais avec presque tout le monde et il recevra probablement un peu plus sa chance qu’en 2020. Il se contenterait alors certainement d’un salaire comparable à celui de Julian Alaphilippe. Le Français a également opté pour une équipe qui lui convient bien et où il peut jouer sa carte dans les courses qui l’intéressent. Il gagnerait alors entre 2,5 et 3 millions d’euros.

Mais si le directeur sportif d’Ineos, Dave Brailsford, assure à Wout Van Aert qu’il sera un coureur protégé, en plus des potentiels vainqueurs du Tour de France, il n’est pas impensable qu’il choisisse Ineos et que son salaire évolue vers les 5 millions d’euros. Wout van Aert est un casse-cou et il ne revient jamais en arrière. D’autant plus s’il pense que cela peut aider sa carrière. Non seulement financièrement, mais surtout en tant que coureur. L’entourage autour d’Ineos pourrait également jouer un rôle. Et puis, l’équipe aura à cœur de prendre sa revanche après un Tour 2020 raté. Jim Ratcliffe ne restera donc pas sans rien faire et devrait investir massivement en vue de l’année prochaine.

5. Un salaire à 8 chiffres pour…?

Remco Evenepoel (Pro Shots Photo Agency/Sipa USA/ISOPIX)

Il devient également évident que Peter Sagan devra revoir ses prétentions salariales à la fin de son contrat, si ses résultats restent aussi mauvais qu’en 2020. Wout van Aert pourrait alors devenir le coureur le mieux payé du peloton, du moins un certain temps. Jusqu’à ce que l’autre superstar montante, Remco Evenepoel – s’il confirme ne fut-ce que les trois quarts du potentiel que les spécialistes lui prêtent – parte pour Ineos afin de décrocher le premier salaire à 8 chiffres dans le peloton. Ou Tadej Pogacar, s’il remporte le Tour cette année encore. Affaire(s) à suivre…

Lire aussi: