Warren Buffett a décliné une invitation de Tiffany à faire une offre pour son acquisition

Warren Buffett. – Flickr

Avant l’achat de Tiffany par le groupe français LMVH en novembre dernier pour un montant de 16,2 milliards de dollars, le joaillier avait invité Warren Buffett à faire une contre-offre… ce qu’il a décliné.

On pensait l’affaire Tiffany conclue et terminée mais cette révélation arrive comme un épilogue mal venu. Après que le numéro un mondial du luxe LVMH ait fait une offre d’achat pour l’acquisition du célèbre joaillier, Tiffany avait invité l’homme d’affaires et milliardaire Warren Buffett à réaliser une contre-offre… Ce qu’il a tout bonnement balayé d’un revers de main, rapporte le Financial Times. Le CEO de Berkshire Hathaway a effectivement confirmé au journal avoir été approché.

Warren Buffett est en réalité un grand admirateur du géant de la bijouterie, l’ayant aidé à surmonter la crise financière en achetant pour 250 millions de dollars de ses obligations en 2009. Le Financial Times affirme même qu’il considérait son acquisition comme une vraie possibilité, citant des banquiers l’ayant conseillé.

Une acquisition qui se fait attendre

Mais alors pourquoi avoir fait marche arrière? C’est bien ce que doivent se demander les investisseurs de Berkshire, certains se languissant de l’absence ‘d’acquisition de la taille d’un éléphant’ que le groupe poursuit inlassablement. Alors qu’il est assis sur 128 milliards de dollars de liquidités. On peut noter une offre récente du groupe pour Tech Data à hauteur de 5 milliards de dollars… Mais qui a terminé dans le mur lorsque Warren Buffett a refusé de se battre après qu’une autre société, Apollo Global Management, ait augmenté son offre.

Alors, frileux, le milliardaire? Pour sa défense, il écrit dans sa dernière lettre aux actionnaires que ‘les prix sont très élevés pour les entreprises qui ont des perspectives à long terme décentes’. Pas sûr qu’ils s’en contentent pour autant…

Lire aussi: Les 500 plus riches ont gagné… 1.000 milliards en 2019