Les voitures autonomes face à un nouvel obstacle : la neige

En 2017, la voiture autonome a atteint plusieurs objectifs importants tels que le lancement de plusieurs services dans certains villes américaines. Cependant, avec la période hivernale dans l’hémisphère nord, les véhicules autonomes font face à des difficultés techniques, écrit Leslie Hook, rédacteur en chef spécialiste des nouvelles technologies du Financial Times.

 « Les voitures autonomes doivent surmonter plusieurs difficultés techniques pour gérer les conditions hivernales. Ces mêmes conditions météorologiques placent la voiture autonome face à des défis de taille. Le climat hivernal est en effet problématique pour les capteurs et pour les caméras auxquels les voitures autonomes ont recours pour percevoir le monde qui les entoure. »

« La neige est vraiment un problème intéressant pour les voitures autonomes », a expliqué Carl Wellington, ingénieur au Autonomous Driving Technologies Research Center d’Uber à Pittsburgh. « Aucune entreprise n’a encore affirmé que leurs voitures autonomes maîtrisaient l’habilité de conduire dans la neige. »

« Les voitures autonomes dépendent fortement d’un laser rotatif, nommé Lidar, qui suit les objets autour de la voiture. Lorsque la neige tombe, le laser peut confondre les flocons de neige avec des objets plus solides. » « Il s’agit d’un capteur impressionnant car il vous offre un sens tridimensionnel du monde, mais il est très sensible à la neige et dans ces conditions, beaucoup de mesures peuvent être faussées à cause des flocons. »

Wellington et son équipe ont ainsi développé un algorithme capable de faire la différence entre les faisceaux laser qui rencontrent des flocons de neige et ceux qui se heurtent à d’autres objets. Toutefois, la neige représente encore un défi majeur pour ces véhicules, précise l’ingénieur.

« Ce qui est intéressant avec la neige, c’est que la forme du monde extérieur est différente », explique Karl Iagnemma, directeur général de nuTonomy, société qui a commencé à tester des voitures autonomes à Singapour.

Avantages

« Cependant, les voitures autonomes disposent d’un certain nombre d’avantages clés par rapport aux humains lorsqu’il s’agit de conduite dans la neige », écrit Leslie Hook. « Grâce à leurs cartes internes très détaillées, la plupart des voitures autonomes connaissent au préalable les emplacements précis des marquages ​​de voies ou des passages pour piétons, même lorsque ceux-ci sont recouverts de neige ou de glace. En outre, les capteurs peuvent également identifier les objets en face d’eux et ce, même en cas de fortes chutes de neige. »

Les véhicules autonomes peuvent ainsi éviter les collisions, même si les informations recueillies par le radar ne sont pas assez précises.

Un nombre important de projets de véhicules autonomes sont nés dans la Silicon Valley, en Californie, région où il ne neige jamais. Les développeurs admettent toutefois qu’ils doivent adapter leurs technologies aux conditions hivernales. Divers fabricants ont donc programmé des tests dans le nord du pays.

Almotive, un constructeur hongrois de voitures autonomes, a été autorisé à réaliser des essais en Finlande.

« L’une des qualités les plus importantes pour une conduite sûre dans la neige est la même pour les humains et les robots: la conscience de soi », explique encore Leslie Hook.

Carl Wellington souligne également que pour la voiture autonome, comme pour le conducteur humain, la réponse adéquate lors de conditions climatiques difficiles, consiste à ralentir et à être prudent.