Voici le nouvel agenda des relations UE-USA ‘pour un changement mondial’

Isopix

Suite à la victoire de Joe Biden lors des élections présidentielles, l’Union Européenne espère repartir sur de nouvelles bases en vue de revitaliser ses relations avec les États-Unis. Voici les principaux points sur lesquels elle veut collaborer avec les Américains.

Le Financial Times a pu consulter un document établi par la Commission européenne et le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères Josep Borell. Ce texte vise à tracer les grandes lignes d’un renouvellement des relations avec les États-Unis. Il sera soumis à l’approbation des dirigeants nationaux le 10 ou le 11 décembre prochain.

Dans ce document, l’UE indique que le partenariat avec les USA a besoin ‘d’un entretien et d’un renouvellement’ si le monde démocratique veut faire valoir ses intérêts contre des ‘pouvoirs autoritaires’ telles que la Chine. Ambitieuses, ces propositions politiques s’intitulent ‘un nouvel agenda UE-USA pour un changement mondial’.

Santé et numérique

D’après le Financal Times, le document appelle à une alliance américano-européenne en matière de santé. L’UE souhaiterait notamment mettre sur pied une collaboration concernant le développement et la diffusion des vaccins contre le Covid-19. De plus, elle souhaiterait que les deux parties travaillent de concert en vue de réformer l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Ces dernières années, les relations transatlantiques se sont surtout détériorées sur le terrain du numérique. L’UE et ses pays membres, souhaitant freiner la marche en avant des GAFA, ont mis en place certaines mesures restrictives à leur encontre. La France a notamment lancé la semaine dernière le prélèvement de sa digitaxe, objet de vives tensions avec Washington.

L’Union a l’intention de restaurer les relations avec les USA sur ce point, en élaborant une législation commune en matière de lois antitrust et de protection des données.

Résister à l’ascension de la Chine

Si l’Union Européenne désire aplanir ses relations avec les États-Unis, c’est notamment parce qu’elle voit d’un mauvais œil la montée en puissance de la Chine. Le plan de l’UE vise à relever le ‘défi stratégique’ posé par Pékin. Elle estime que les tensions dans les relations transatlantiques apparues durant la présidence de Trump ont permis à la Chine de gagner du terrain en matière de géopolitique. ‘En tant que sociétés démocratiques ouvertes et économies de marché’, l’UE et les États-Unis doivent collaborer pour contrer cette ascension galopante de la Chine.

Visiblement soulagée de l’élection de Biden, l’UE se dit optimiste en vue du travail à effectuer avec la nouvelle administration américaine. Toutefois, ses demandes doivent impliquer un net revirement de la part des États-Unis, notamment en matière de gestion des différends. Ceux-ci devraient être à nouveau majoritairement réglés auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

L’Union Européenne espère organiser un sommet UE-USA au premier semestre 2021, afin de lancer la mise sur pied de ce nouvel agenda commun.