Coronavirus: la Chine respire, mais…

Le Nouvel An chinois et la crise du coronavirus ont donné de l’air à la Chine. Moins 25% des émissions de CO2 et une diminution conséquente des niveaux de NO2 (dioxyde d’azote, l’un des gaz les plus polluants).

Consommation de charbon, production d’acier, trafic aérien, transport routier: une grande partie du pays est à l’arrêt. Mais il ne faut pas nécessairement crier victoire trop vite dans la lutte contre le réchauffement climatique. Car la Chine va certainement compenser dans les prochaines semaines pas une hyperproduction.

Lire aussi :