Venezuela: l’un des deux mercenaires américains arrêtés dit avoir agi sous les ordres de Trump

EPA-EFE/Miraflores press HANDOUT HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

Depuis plusieurs jours et ‘la tentative d’invasion’ par mer de deux ressortissants américains, la tension monte entre Caracas et Washington. Pour le président Nicolas Maduro, pas de doute, c’est signé Donald Trump. ‘Cela n’a rien à voir avec notre gouvernement’, a rétorqué le président américain. Entre temps, l’un des deux mercenaires a fait des déclarations fracassantes à la TV d’État.

Une histoire digne d’un film d’espionnage. Une quinzaine de personnes dont deux mercenaires américains ont débarqué sur une plage du Venezuela dans ce qui était ‘une tentative d’invasion’, expliquait lundi le controversé président Nicolas Marduro. Le raid n’est pas passé inaperçu car huit hommes ont été abattus. Les deux ressortissants américains ont eux été arrêtés par les autorités.

‘Donald Trump est derrière tout ça’, a renchéri le président vénézuélien. ‘Ces hommes sont venus au Venezuela, pensant qu’ils allaient être accueillis comme des sortes de Rambo, sous les applaudissements. Mais le peuple vénézuélien s’est défendu et les a capturés pour les livrer à la police’.

Le président américain nie bien sûr en bloc ces accusations. Depuis les jardins de la Maison Blanche, ce dernier a affirmé que ce raid n’avait ‘rien à voir avec le gouvernement’, pointant une campagne de désinformation.

Problème: l’un des deux mercenaires a affirmé à la TV d’État être en mission pour destituer Nicolas Marduro et prendre le contrôle du principal aéroport à Caracas. Il aurait agi sous les ordres de Donald Trump: ‘Je croyais aider le peuple Venezuela à reprendre le contrôle de son pays’, dans des propos rapportés par The Guardian ce mercredi.

Il s’agit de Luke Denman, la trentaine d’années, qui dit travailler pour Silvercorp, une société privée de sécurité basée en Floride. Son acolyte serait Airan Berry, 41 ans. Les deux hommes sont toujours en détention.

Les provocations de Mike Pompeo

Sur fond de tensions diplomatiques, Nicolas Maduro veut juger les deux ressortissants américains au Venezuela. Pour le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, il n’en est pas question: les États-Unis vont ‘utiliser tous les moyens à leur disposition pour tenter de rapatrier’ leurs deux compatriotes. Le ministre des Affaires étrangères s’est même risqué à une provocation: ‘Si nous avions été impliqués, cela se serait déroulé différemment.’

En y ajoutant, une ultime menace: ‘Si le régime Maduro décide de les retenir, nous utiliserons tous les outils dont nous disposons pour essayer de les récupérer. C’est notre responsabilité de le faire.’

Le président Maduro dirige le Venezuela depuis 2013, prenant la succession d’Hugo Chavez. Le pays a depuis plongé dans une récession extrême, provoquant notamment des pénuries alimentaires. Des protestations réprimées dans le sang s’en sont suivies. Pourtant, sous le Venezuela gisent les plus grandes réserves connues de pétrole au monde.