Le pays avec la plus grande réserve de pétrole n’a plus d’essence

Isopix

Le Venezuela repose sur les plus grandes réserves de pétrole du monde. Un potentiel de 300 milliards de barils, selon le CIA Factbook. Cependant, la plupart des stations-service du pays sont maintenant sèches. Bien que la crise économique de longue durée combinée à la pandémie corona ait joué un rôle majeur, ce sont principalement les sanctions américaines qui tuent les Vénézuéliens.

Comment un pays qui se noie presque dans le pétrole peut-il manquer d’essence? La réponse est simple: pétrole et essence ne sont pas nécessairement synonymes. Quiconque veut de l’essence (ou d’autres produits utiles comme le diesel, le kérosène ou le plastique) doit d’abord raffiner le pétrole brut. C’est exactement ce que le Venezuela est incapable de faire depuis un certain temps.

Du petro-état au narco-état

Le Venezuela est passé d’un État pétro à un État narco en moins de deux décennies. La capacité de production du Venezuela a été complètement détruite sous les idées communistes d’Hugo Chávez et de son successeur Nicolás Maduro. Par exemple, l’industrie nationale est devenue une affaire marginale. Les exportations de pétrole ont diminué de 15% par mois ces dernières années.

En raison de la mauvaise gestion, de la corruption et de la négligence des infrastructures, la compagnie pétrolière d’État PDVSA n’a vu sa production diminuer ces dernières années. Il y a dix ans, le pays pompait trois millions de barils par jour, contre 700.000 aujourd’hui. Les fermetures successives de raffineries locales signifient que seulement 100.000 de ces barils peuvent être convertis en essence. Alors qu’auparavant, il y en avait plus d’un million.

Une grave pénurie d’additifs

L’un des problèmes est une grave pénurie d’additifs. Ceux-ci sont nécessaires pour que le pétrole lourd vénézuélien puisse être utilisé. Le pays doit importer ces additifs, mais a perdu toute solvabilité auprès de fournisseurs potentiels. De plus, ces mêmes fournisseurs ne veulent pas risquer d’aller à l’encontre des sanctions économiques américaines. En conséquence, ils perdraient l’accès au système bancaire américain

Outre les produits permettant de transformer le pétrole brut en essence, le Venezuela doit désormais également commencer à importer lui-même du pétrole raffiné. Parce que la consommation des Vénézuéliens dépasse de la capacité de production actuelle. Mais selon l’économiste Luis Vicente Leon, cela devient de plus en plus difficile, surtout dans le contexte actuel.

Sanctions américaines

Premièrement, il y a des sanctions américaines qui empêchent le gouvernement de trouver des fournisseurs prêts à fournir de l’essence. Mais il y a aussi une crise de liquidité due à la pandémie, à la suite de laquelle le gouvernement n’est plus en mesure de payer pour ce carburant.

En conséquence, la plupart des stations-service sont sèches. Et les bas prix du pétrole ne feront qu’exacerber le problème. S’ils sont une bénédiction pour de nombreux pays, ils sont un autre drame pour le Venezuela, car encore moins d’argent arrive. Malgré un appel des Nations Unies, les États-Unis ne sont pas prêts à lever les sanctions annoncées contre la PDVSA en janvier 2019. Les Américains ne veulent rien de moins que l’arrestation de Nicolas Maduro. Washington accuse le président vénézuélien et son entourage de terrorisme lié à la drogue.

Ce dernier est de plus en plus acculé et n’a désormais plus d’autre choix que de rationner l’essence. Alors que les stations-service qui ont encore des stocks forment des kilomètres d’embouteillages, les militaires garantissent la distribution d’essence aux secteurs essentiels, y compris les soins de santé.

L’exode vénézuélien, quant à lui, prend des formes impressionnantes. Depuis la fin de 2015, les Nations Unies ont identifié plus de 4 millions de personnes, soit plus de 15% de la population.