Un tribunal fidjien ordonne aux États-Unis de faire lever l’ancre à un superyacht russe en raison de « coûts excessifs »

Un tribunal fidjien a obligé les États-Unis à faire partir un superyacht amarré dans la nation insulaire parce que l’entretien du navire est « un gaspillage d’argent ».

Les États-Unis ont mis en place la task force KleptoCapture en mars dernier. Cette unité du ministère américain de la Justice se concentre sur la confiscation de yachts et d’autres biens de luxe appartenant à des oligarques russes, dans le but de faire pression sur Vladimir Poutine.

Amadea

L’un des superyachts saisis ainsi, baptisé Amadea, se trouve aux Fidji. Le navire a été confisqué par les autorités de la nation insulaire après que la Cour suprême du pays a autorisé les États-Unis à saisir le yacht le mois dernier, quelques semaines après son arrivée sur l’île. Le yacht appartiendrait à l’oligarque russe Suleyman Kerimov, inscrit sur la liste des sanctions.

Selon le FBI, l’entretien du yacht, qui vaut quelque 300 millions de dollars, coûte 25 à 30 millions de dollars par an. Les États-Unis avaient promis de financer ces coûts après la saisie. Cependant, le gouvernement fidjien a jusqu’à présent été contraint de payer la facture.

Le yacht doit quitter l’île

La Cour suprême du pays a donc décidé mardi que le yacht devait quitter l’archipel car « garder le navire sous sa garde serait coûteux pour le gouvernement des Fidji. » « Le navire est entré dans les eaux fidjiennes sans permis et très probablement pour échapper aux sanctions des États-Unis », a ajouté le juge.

Le FBI a indiqué dans le mandat de saisie que l’Amadea avait tenté d’échapper à la confiscation « presque immédiatement » après l’invasion de l’Ukraine par les forces russes en désactivant son système de suivi automatisé dès le 24 février.

Qui est le propriétaire ?

Les États-Unis affirment que Kerimov est le véritable propriétaire de l’Amadea, mais l’avocat Feizal Haniff, qui représentait Millemarin Investments – sur le papier le propriétaire du navire – avait fait valoir devant le tribunal que le propriétaire était un autre Russe richissime qui, contrairement à Kerimov, n’est pas soumis à des sanctions. Le yacht appartiendrait à Eduard Khudainatov, l’ancien haut dirigeant du géant russe de l’énergie Rosneft.

Khudainatov serait également lié à un autre yacht saisi, nommé le Scheherazade. Et ce yacht est lié d’une manière ou d’une autre à Poutine. « Le fait que Khudainatov soit présenté comme le propriétaire de deux des plus grands superyachts jamais construits, tous deux associés à des personnes sanctionnées, suggère que Khudainatov est utilisé comme un faire-valoir pour dissimuler les véritables propriétaires », a déclaré le FBI. Il y a quatre jours, l’Union européenne a imposé à son tour des sanctions à l’ancien haut dirigeant de Rosneft.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20