Uber supprime des témoignages d’agressions sexuelles de chauffeurs

Uber supprime des témoignages d’agressions sexuelles de chauffeurs
Protestation de taxis contre la concurrence des services Uber et Cabify à Buenos Aires, Argentine, le 10 octobre. (Isopix)

Des internautes ont appelé au boycott d’Uber après que la compagnie ait supprimé des témoignages d’agressions sexuelles par des chauffeurs publiés sur les réseaux sociaux.

Tiens, ça faisait un moment qu’on n’avait pas entendu une autre polémique sur Uber. Après une série de scandales en 2016 et 2017, il faut croire que 2018 et 2019 ont été trop calmes pour la compagnie.

Des internautes ont ainsi découvert qu’Uber France avait apparemment retiré de ses réseaux sociaux des témoignages d’agressions sexuelles, perpétrées par ses chauffeurs. Le site Business Insider révèle que des captures d’écran montrent bien la suppression de ces messages mercredi 20 novembre par les community managers d’Uber en France.

#UberCestOver sur Instagram

L’entreprise ne pouvait a priori pas faire pire pour écorcher davantage son image. Sur Instagram, le hashtag #UberCestOver est né et prend de l’ampleur, appelant au boycott des taxis de l’entreprise. Mauvais timing aussi, puisqu’une grande marche contre les violences sexistes et sexuelles organisée par le collectif #NousToutes doit avoir lieu demain.

Ce sont les plaintes de deux étudiantes de Strasbourg qui auraient été victimes du même chauffeur d’Uber qui ont enflammé les réseaux sociaux. Une porte-parole de l’entreprise tente de sauver les meubles en affirmant qu’ils n’essaient pas d’étouffer l’affaire mais reconnaissent un manque de discernement. ‘Nous avons des équipes engagées sur la question. Nous sommes du côté des victimes. On répond à tous les messages pour recueillir des informations, comprendre ce qui s’est passé et collaborer avec la police en cas de plainte.’ Et d’ajouter qu’une adresse mail sera créée en France pour que les victimes d’agressions sexuelles puissent le faire savoir. 

103 chauffeurs Uber poursuivis

C’est le compte Instagram memespourcoolkidsfeministes qui a lancé cet appel au boycott, après avoir reçu des plaintes de clientes Uber agressées et violées par des chauffeurs indépendants opérant pour la compagnie. Elles dénoncent notamment le manque de réaction de l’entreprise puisqu’elle continuerait à employer ces chauffeurs malgré plusieurs dénonciations. 

Pour l’instant, Uber ne réagit toujours pas aux accusations mais assure qu’elle suspendra immédiatement et systématiquement le compte des chauffeurs accusés à titre préventif. Selon CNN, 103 chauffeurs d’Uber ont été poursuivis pour agression sexuelle entre 2014 et 2018.

Après des scandales à répétition, la compagnie avait essayé de redorer son image en s’associant notamment avec l’application HandsAway afin d’offrir la course aux femmes victimes d’agressions à Paris pour qu’elles portent plainte. Nouveau coup dur pour l’entreprise donc, et pour une fois, ce sont les taxis traditionnels qui doivent être contents…

Source: Business Insider