Twitter « à la dérive » à cause de la saga Musk: « Forcée de faire ce qu’elle ne voulait pas faire à cause des caprices d’un riche »

Twitter a le moral en berne. Son personnel s’enfuit depuis qu’Elon Musk a tenté de retirer son offre de rachat. Désormais, c’est la principale source de revenus de l’entreprise, le secteur de la publicité, qui risque aussi de s’effondrer.

Selon les rapports du Financial Times, le PDG de Twitter, Parag Agrawal, a de plus en plus de mal à gérer son entreprise. Principalement parce qu’Elon Musk veut sortir de l’accord de 44 milliards de dollars. Le magnat des affaires a tout tenté pour acheter Twitter, avant de soudainement décider de rétropédaler.

À cause de cette saga chaotique, Twitter est désormais confrontée à un grand nombre de problèmes. De nombreux employés ne souhaitent plus travailler pour l’entreprise et cherchent un autre emploi. Et ceux qui restent ont peur que l’histoire s’éternise.

En outre, la principale source de revenus de Twitter, le secteur de la publicité, qui génère quelque 4,5 milliards de dollars par an, est désormais menacée. C’est à Agrawal de stopper l’hémorragie.

« Cet homme est affreux, mais il doit diriger l’entreprise »

Pour rassurer les annonceurs effrayés, Agrawal met la main à la pâte. Selon le Financial Times, il y consacrerait même énormément de temps, nombre d’entre eux ayant exprimé leur crainte que la plateforme ne perde de son attrait en raison d’une possible vilaine bataille juridique. La nervosité des annonceurs serait également l’une des raisons de la baisse des revenus de Twitter au cours du deuxième trimestre.

Agrawal est aussi confronté à des tensions entre les employés et la direction. La société a licencié environ 30% de son équipe de recrutement en juillet, après avoir décidé de geler les embauches en mai. En outre, de l’aveu-même de Twitter, de plus en plus d’employés quittent l’entreprise.

« Tout le monde a perdu espoir dans le leadership », a confié au Financial Times un employé senior de Twitter, sous couvert d’anonymat. « On dirait que le point de vue de Twitter est ‘Cet homme est affreux [mais] il doit diriger l’entreprise’. Dans tous les cas, on dirait que le perdant (du procès, NDLR) obtiendra Twitter. » Un ancien cadre a déclaré que Twitter partait « un peu à la dérive », la société étant « forcée de faire ce qu’elle ne voulait pas à cause des caprices d’un homme riche ».

Augmentation des coûts

En plus de la baisse d’enthousiasme des employés et des annonceurs, les dépenses de Twitter ont augmenté au cours du dernier trimestre. D’avril à juin, l’entreprise aurait dépensé plus de 33 millions de dollars pour des questions liées au rachat proposé par Musk. À cela s’ajoutent les coûts des employés qui ont démissionné, qui s’élèveraient à environ 19 millions de dollars.

Outre l’augmentation des coûts, les recettes risquent également de diminuer. Ed East, PDG de la société de marketing Billion Dollar Boy, a déclaré au Financial Times que sa société estime que le volume total de publicité des créateurs de contenu sur Twitter a chuté d’environ 14% depuis le 13 mai (date à laquelle Musk a annoncé qu’il pourrait vouloir mettre fin à l’accord).

Selon les analystes, Twitter est également plus sensible à une perte de revenus publicitaires par rapport à des concurrents tels qu’Instagram. La société aurait la réputation d’innover plus lentement et offre également moins de possibilités aux annonceurs que la concurrence. Des rivaux comme Facebook, TikTok et Instagram menacent donc de reprendre une partie des parts de marché de Twitters dans les mois à venir.

Entre-temps, Twitter a attaqué Musk en justice afin de le forcer à racheter la société. L’affaire judiciaire débutera en octobre.

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20