Travailler jusqu’à sa mort… La vision d’un “millennial” sur 10

1 sur 3 pensent qu’ils devront travailler jusqu’à l’âge de 70 ans

Le relèvement de l’âge de la retraite et les nombreuses discussions politiques concernant le trou dans les caisses de retraite sont apparemment considérés par beaucoup de jeunes adultes comme un signal que leur retraite ne serait plus garantie.

En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas 12% des « millenials » (Les enfants de la génération du millénaire, c’est à dire âgés de 20 à 34 ans) estiment qu’ils devront travailler jusqu’à leur mort pour joindre les deux bouts. Partout dans le monde, les jeunes s’attendent à devoir travailler plus longtemps que leurs parents.

La société de travail temporaire Manpower a interrogé les jeunes adultes dans 18 pays sur leurs attentes concernant le travail et la retraite. Les résultats suggèrent que la jeune génération de travailleurs est assez pessimiste pour l’avenir.

Les chiffres montrent déjà que 12 % des Britanniques et des Néerlandais pensent qu’ils devront travailler jusqu’à la mort. En Chine et au Japon, respectivement 18 % et 37 % des répondants, sont convaincus de la même chose. Cependant, au sein de l’UE, le pays où cette conviction est la plus développée est, sans surprise, la Grèce, avec 15%.

Dans l’ensemble, 12% des millenials pensent qu’ils ne connaîtront jamais la retraite.

Un Britannique sur 3 déclare qu’il pense qu’il devra travailler jusqu’à ses 70 ans. La Grande-Bretagne a relevé l’âge de la retraite à 68 ans d’ici 2046.

Screenshot 2016-07-20 08.54.15

© Manpower

Les millenials travaillent moins de 40 heures par semaine quasiment nulle part

Les jeunes Indiens travaillent 52 heures par semaine, comme le révèle l’enquête. Les jeunes Grecs travaillent en moyenne 47 heures par semaine, les Français, 44 heures, les Hollandais, 42 heures, et les Britanniques, 41 heures. Dans le monde entier, plus de huit jeunes sur dix travaillent plus de 40 heures par semaine.

Screenshot 2016-07-20 08.55.33

© Manpower

Plus pauvres que leurs parents

Un rapport du consultant en gestion McKinsey confirme la crainte que les jeunes seront plus pauvres que leurs aînés. Ainsi, il note qu »‘entre 2005 et 2014, les revenus réels de 65 à 70% des ménages des 25 économies les plus riches – dont la Belgique – ont stagné ou diminué. Au total, cela correspond à entre 540 et 580 millions de ménages. « 

Les plus durement touchés sont les jeunes et les moins instruits.

En Italie, cela concerne plus de 97% des ménages ; aux États-Unis, 81%, et au Royaume-Uni, 70%.