Toyota investit 590 millions de dollars pour développer la voiture volante du futur

Ces petits avions pourraient servir de modèle à la voiture du futur.

Le constructeur japonais a injecté 590 millions de dollars dans Joby Aviation, une société californienne qui travaille sur des petits avions. Pour Toyota, l’avenir sera dans les airs.

6 rotors, 5 sièges, un décollage et un vrombissement 100 fois moins fort que les avions classiques. Pour Toyota, l’appareil pourrait ressembler à la voiture du futur, moyen quelques développements, évidemment. Pour cela, le constructeur japonais donne les moyens à Joby, la société qui les produit: 590 millions de capital-risque, qui viennent gonfler les 100 millions déjà confiés l’entreprise.

‘Nous construisons un nouveau système de transport pour transformer votre vie quotidienne, avec une plus grande sécurité et, à terme, à un coût similaire à celui de la conduite automobile’, a déclaré le fondateur, M. Bevirt dans un communiqué, profitant de l’annonce pour révélé quelques détails.

Jusqu’à 320 km/h

L’avion entièrement électrique dispose de six rotors et cinq sièges, y compris celui du pilote. Il peut décoller verticalement, comme un hélicoptère, puis se mettre en vol vers l’avant à l’aide de rotors basculants. Joby affirme qu’il peut atteindre une vitesse maximale de 320 km/h, qu’il peut parcourir 240 kilomètres avec une seule charge et qu’il est 100 fois plus silencieux qu’un avion conventionnel.

Joby compte sur le soutien de Toyota pour accélérer le développement de ses appareils volants, et dépasser la douzaine de concurrents qui planchent aussi sur des projets similaires, selon The Verge. ‘Toyota partagera son expertise en matière de fabrication, de qualité et de contrôle des coûts pour soutenir le développement et la production des avions de Joby Aviation’ continue le fondateur.

Déjà un partenariat avec Uber

S’ils ont travaillé dans la relative discrétion depuis leur création en 2009, Joby sort de l’ombre et multiplie les annonces. Plus tôt dans l’année, c’était Uber qui s’alliait avec eux. Joby devra fournir les  VTOL (Vertical Take-Off and Landing aircraft), les petits avions, pour Uber qui, lui, se chargera de l’infrastructure. Un service qui devrait voir le jour en 2023.