Toujours pas d’objectif zéro émission nette pour les Emirats arabes unis

La COP26, la 26e conférence annuelle de l’ONU sur le climat, aura lieu cette année à Glasgow du 1er au 12 novembre 2021. Cependant, parmi les plus grands producteurs de l’OPEP, aucun pays n’a encore annoncé d’objectifs d’émissions d’ici la COP26. D’entre eux, c’étaient les Emirats arabes unis (EAU) qui étaient les plus susceptibles de le faire. Mais en vain.

Pourquoi est-ce important ?

Les objectifs de réduction des émissions au cours des trois prochaines décennies sont considérés comme cruciaux pour empêcher une augmentation des températures de plus de 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

« Ne vous attendez pas à ce que nous annoncions quoi que ce soit d’ici la COP26 », a déclaré Qais Al Suwaidi, expert au ministère émirati de changement climatique, dans une interview à Bloomberg. « Mais nous envisageons un objectif net zéro comme n’importe quelle autre partie du monde », ajoute-t-il. « D’autres pays se sont empressés d’annoncer des objectifs climatiques sans montrer comment les atteindre ni les inscrire dans la loi. […] Nous aimons faire les choses différemment. » Et effectivement, ce chef du département du changement climatique du ministère émirati explique qu’ils ont besoin de plus de temps pour réaliser les études qui détermineront la rapidité avec laquelle ils peuvent atteindre le zéro net.

Les actions s’imposent 

Les Émirats arabes unis figurent parmi les pays les plus exposés aux conséquences du changement climatique, selon une étude de Trends Research. Le climat désertique chaud et aride de la région contribue à la rendre particulièrement vulnérable aux impacts climatiques, selon un rapport gouvernemental. Par ailleurs, un rapport publié en 2014 par la Banque mondiale soulignait que les régions qui devraient le plus souffrir de l’impact du changement climatique sont celles dont la population est à majorité musulmane, comme le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et l’Asie du Sud-Est. En effet, ces régions semblent être les plus exposées aux risques liés à la sécheresse, à l’élévation du niveau de la mer, aux inondations, à l’augmentation des températures et aux moussons imprévisibles. En outre, si d’autres caractéristiques de la région (telles que l’urbanisation rapide, la forte densité de population et la pénurie d’eau) sont ajoutées au tableau, les conséquences pourraient être graves pour les habitants de ces zones.

Outre leur ratification de l’accord de paris en 2016 et la constitution d’un ministère entièrement dédié à la mitigation du changement climatique (MOCCAE), les EAU ont également déposé leur candidature pour héberger la COP28, prévue en novembre 2023, ce qui témoigne de l’importance croissante donnée aux changement climatique dans les politiques émiraties.

Les plus gros freins

Le plus gros frein à cette transition énergétique est le fait que l’économie émiratie repose essentiellement sur les exportations de pétrole et de gaz. Un facteur sensible aux mesures de mitigation et d’adaptation visant à réduire la consommation mondiale de combustibles fossiles. C’est pour cette raison que les Émirats arabes unis ont mis en œuvre des politiques de diversification économique et énergétique (tourisme, logistique, services, énergies renouvelables) pour réorienter le pays de sa dépendance aux combustibles fossiles.

Le deuxième questionnement de cette transition énergétique, est que l’énergie nucléaire, elle, est considérée comme une source d’énergie « propre » et fait partie intégrante du plan de diversification énergétique d’ici 2050 (ce plan prédestine le nucléaire à couvrir 25% de la consommation domestique en énergie). Dans notre pays, le rôle que le nucléaire jouera dans notre transition énergétique reste une question encore fortement controversée en Belgique.

Malgré ces initiatives, les exportations de pétrole et de gaz sont destinées à rester une source considérable sur le moyen terme. Ces engagements n’obligeraient pas nécessairement les Émirats arabes unis à vendre moins de pétrole. Mais la fixation d’un objectif net zéro pour les émissions produites à l’intérieur de leurs frontières ferait des Émirats arabes unis une exception parmi les autres producteurs et pourrait inciter d’autres pays du golfe Persique à suivre leur exemple.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20